Actualisé

Université de NeuchâtelLe professeur accusé de plagiat reçoit un blâme

Suspendu à la fin de l'été dernier, le professeur accusé de plagiat à l'Université de Neuchâtel est réintégré avec un blâme et une menace formelle de renvoi.

Le gouvernement neuchâtelois réintègre le prof.

Le gouvernement neuchâtelois réintègre le prof.

ARCHIVES, Keystone

Le Conseil d'Etat a décidé de lever sa suspension provisoire avec effet immédiat, le rectorat étant chargé de sa réintégration, indique le gouvernement neuchâtelois mercredi.

En septembre dernier, l'enquête administrative établissait des «actes de plagiat par manque de rigueur». De plus, le professeur n'avait pas annoncé formellement au rectorat sa qualité d'administrateur d'une société immobilière.

Dans sa décision de fond rendue lundi, le gouvernement reconnaît que le professeur a enfreint ses obligations de fidélité et de rigueur. Mais, tenant compte de la prescription sur les actes de plagiat, il estime qu'ils ne peuvent conduire à la rupture des relations de service.

Le gouvernement cantonal a également tenu compte de l'avis du rectorat, ce dernier estimant que la confiance n'est pas irrémédiablement rompue avec le professeur et que sa réintégration au sein de l'UniNE n'est pas impossible, écrit le Conseil d'Etat dans un communiqué. Il précise que la sanction se justifie «en regard du trouble causé à l'institution et du comportement du professeur».

(ats)

Votre opinion