Publié

A l'oeilLe programme off du Montreux Jazz est là!

Le festival dévoile son offre gratuite pour les oiseaux de nuit et les oiseaux de jour. Nos coups de coeur.

par
Laurent Flückiger et Caroline Piccinin
Le joyeux bordel de Salut c'est cool, à vivre le dimanche 12 juillet au Lab, en aftershow.

Le joyeux bordel de Salut c'est cool, à vivre le dimanche 12 juillet au Lab, en aftershow.

DR

LES AFTERSHOWS DU LABSalut C'est Cool. Prenez une bande de potes. Des étudiants en art conceptuel de préférence. Ajoutez un clavier Bontempi, des K-way fluo, des coupes mulets et des vélos à petits roues. Mixez tout ça avec pas mal d'autodérision et vous obtiendrez Salut c'est cool! Martin, James, Louis et Vadim, quatre Parisiens qui se revendiquent de rien du tout, viennent distiller leur science de la techno Luna Park dans un show ultraludique que toutes les scènes européennes s'arrachent. C'est le dimanche 12 juillet que ça se passe. Sortez les «polas» pour la ringardise à son meilleur! Nos Highlights: Brodinski (6 juillet), Cotton Claw (9), Odesza (13), The Avener (14), Cashmere Cat (15)

THE ROCK CAVELes Marmozets avec «z» n'ont rien de chouchou tout doux comme les mignons petits singes du même nom avec «s». Eux, ils sont «Made in England» et depuis la sortie de leur premier album, «The Weird and Wonderful Marmozets», ils ne cessent de faire trembler leurs aînés en leur grappillant des places dans les charts du rock. Le groupe formé en 2007 à Bingley (West Yorkshire) se compose de la fratrie Macintyre et des frères Bottomley. Prenez Becca Macintyre, la chanteuse. A 23 ans tout juste, elle nous fait déjà penser à une Shirley Manson (Garbage) dans ses plus belles années. Quand Becca pousse sa voix et secoue sa tête, on a envie de se poser devant un ampli en disant «oui Madame» et en sirotant une bière bien fraîche. Ce qui tombe plutôt bien, étant donné qu'elle et son groupe enverront du lourd sur les bords du Léman, le lundi 6 juillet entre les murs moites de la cave gratos. Nos Highlights: Minuit (3 juillet), Kill it Kid (8), Unknown Mortal Orchestra (12), Evelinn Trouble (16), Firestarter BAD (18)

MUSIC IN THE PARKFejd. Pour ceux qui possèdent une tunique du Moyen Age, le vendredi 17 juillet sera le jour où la sortir! Deux groupes qui ont de l'étoffe se produisent dans le parc Vernex. Avec leurs cheveux longs bien lavés, les cinq membres de Fejd comptent bien nous transporter dans un autre monde et un autre temps. Pas dans un futur où nous aurons peut-être plus besoin de shampooing mais dans une époque où la cornemuse suédoise, la vielle à roue, la flûte de saule ou la moraharpa résonnaient dans les rues pavées. Mais XXIe siècle oblige, c'est du heavy metal que les Scandinaves jouent avec cette tristesse mélodique qui caractérise la folk nordique.

Encore plus marqué par le passé, Serpentyne se présente comme le fer de lance de la scène rock médiévale de Londres. Portée par la chanteuse Maggie-Beth Sand – toujours bien costumée et qui aime lever le glaive sur scène – la formation déploie un attirail composé de citole, harmonium ou flûte mais aussi de synthés et de machines. Curieux mais diablement efficace. Nos Highlights: Climax (5 juillet), The Miro Funky Show and The Minimalistic Boys (7), T'dòz (11), Anneke van Giersbergen presents The Gentle Storm (18)

THE STUDIOMister Mike. Avec la soirée «We Love House», le samedi 4 juillet, le festival va parler aux plus nostalgiques des soirées house. Celles des années 1990 avec ses mémorables «Dancefloor Syndroma» et «Pump it Up Live» qui avaient lieu au Casino de Montreux, justement. En alignant les DJs Aldo Kapone, Anthik, Sonny Fodera et le mythique Mister Mike, on se prend à rêvasser en entonnant les vieux tubes de l'époque sur des airs de «Strictly Rhythm». Allez, un petit «Emotion» suivi d'un «Give You», qui sait… Et de toutes les façons, au regard de l'histoire suisse du genre, à Montreux, la house sera toujours à la maison. Nos Highlights: Mirko Loko (3 juillet), KiNK-Live (6), Ben Klock (12), Kölsch (13), Olivier Koletzki (16)

WORKSHOPSSébastien Schuller. La mélancolie, le Français expatrié à Philadelphie l'a au fond des tripes. Aussi, elle ne le quitte jamais dans ses albums, même si le dernier, «Heat Wave» est plus dansant que les deux précédents. Conçue à l'aide de synthés et de boîte à rythmes, sa musique fait des clins d'œil à ses premières passions d'adolescent, la new wave et les 80s. Le public aura trois (!) chances d'écouter Sébastien Schuller parler de son travail. Le 7 juillet, il évoquera les BO de films (il a écrit celles de «Toi et Moi» et «Notre Univers Impitoyable»); le 8 juillet, sa manière de composer; le 11 juillet, enfin, les interactions entre les différents styles. Nos Highlights:Fritz Kalkbrenner (5 juillet), Christian McBride (5), Avishai Cohen (8), Jamaica meets Scandinavia (13), Fakear (15)

Tout le programme sur www.montreuxjazzfestival.com

Ton opinion