Publié

Réforme de l'arméeLe projet d'Ueli Maurer ne sera pas prêt avant l'automne

La réforme de l'armée doit être mieux expliquée. Echaudé par le refus du Gripen, le ministre de la défense va différer la transmission du dossier au Parlement à l'automne.

Ueli Maurer a décidé de reporter la transmission du dossier de réforme de l'armée au Parlement à l'automne.

Ueli Maurer a décidé de reporter la transmission du dossier de réforme de l'armée au Parlement à l'automne.

ARCHIVES, Keystone

Pour éviter d'essuyer un refus comme avec le Gripen dimanche, le ministre de la défense Ueli Maurer a décidé de reporter la transmission du dossier au Parlement à l'automne.

Il l'a annoncé vendredi à Thoune (BE) lors de la journée des cadres de son département. Le Conseil fédéral aurait dû adopter un projet remanié en juin, mais Ueli Maurer veut prendre le temps nécessaire pour que le message soit compris à grande échelle.

Selon l'UDC, les citoyens suisses ont dit «non» aux Gripen car ils n'ont manifestement pas obtenu de réponses claires et détaillées à toutes les questions qu'ils se posaient. Il y a donc des lacunes à combler dans ce domaine.

Le conseiller fédéral veut le faire dans les prochaines semaines «de façon claire et compréhensible» dans le message sur le développement de l'armée. La disponibilité de l'armée de l'air 24 heures sur 24, la défense sol-air ou le thème des drones seront intégrés, a précisé le chef de la communication du département Peter Minder.

Le projet vise d'abord à ce que l'armée puisse être mobilisée au pied levé. Elle devrait aussi de nouveau être entièrement équipée. Autre objectif prioritaire, une meilleure instruction de la troupe. Enfin, les militaires devraient être plus proches de la population.

Critiqué lors de la consultation

Le message remanié devra tenir compte des critiques émises lors de la consultation. La réforme qui devrait être appliquée entre 2016 et 2020 prévoit d'abord une réduction des effectifs de 180'000 à 100'000 militaires et une révision du rythme du service. Les écoles de recrue ne seraient plus qu'au nombre de deux par année au lieu de trois et elles seraient raccourcies de 21 à 18 semaines.

La durée des cours de répétition devrait passer de trois à deux semaines, ce qui a été critiqué lors de la consultation. Plusieurs milieux ont en outre demandé une meilleure harmonisation des formations civile et militaire.

Les cantons souhaitent quant à eux que davantage de moyens soient mis à disposition pour l'appui aux autorités civiles. Ils attendent aussi une meilleure coordination entre l'armée et la protection de la population.

300 millions litigieux

Les finances joueront un rôle crucial. Le Conseil fédéral a finalement cédé à la pression du Parlement et accepté de relever le budget annuel de l'armée de 4,7 à 5 milliards de francs. Mais 300 millions étaient prévus pour les nouveaux jets. Leur sort donnera lieu à «des discussions animées» au Parlement, a reconnu Ueli Maurer dimanche soir.

Tous les partis ne se sont pas encore prononcés. Si l'UDC estime les 5 milliards nécessaires pour une armée performante, le PDC et la gauche considèrent que les 300 millions doivent être retranchés du budget. Le camp rose-vert juge quant à lui de toute façon la réforme trop timide: effectifs et budget surdimensionnés, maintien de l'obligation de servir.

(ats)

Ton opinion