Publié

Human Brain ProjectLe projet de l'EPFL pourrait bien recevoir plus que prévu

Le financement du Human Brain Project (HBP) pourrait dépasser les attentes. Le président de l'EPFL Patrick Aebischer estime que le projet pourrait bien recevoir plus de 100 millions par année.

Le président de l'EPFL Patrick Aebischer se montre optimiste quant au financement de Human Brain Project.

Le président de l'EPFL Patrick Aebischer se montre optimiste quant au financement de Human Brain Project.

Keystone

Le financement du Human Brain Project (HBP) pourrait dépasser les attentes, estime Patrick Aebischer. Les prochaines étapes scientifiques sont planifiées, mais il faut laisser de la marge aux chercheurs, selon le président de l'EPFL.

Les principaux acteurs du Human Brain Project, sélectionné la veille par la Commission européenne, se sont retrouvés mardi à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) pour répondre à la presse. Questionné sur les prochaines étapes financières et scientifiques du projet, Patrick Aebischer s'est montré optimiste.

L'Union européenne a dit assurer un financement annuel de 50 millions sur dix ans alors que la Suisse va apporter 20 millions en moyenne par année sur 2013-2016. Avec les engagements des autres pays et partenaires, «ma prédiction est qu'on arrivera assez facilement aux 100 millions. Je suis assez confiant qu'on aura même plus que les 100 millions» prévus par année, juge Patrick Aebischer.

Côté suisse, il faudra repasser devant le parlement pour la période 2017-2020, reconnaît Patrick Aebischer. Le président estime toutefois «peu probable» que la Suisse arrête son financement alors que l'UE poursuit son effort.

Sur le plan scientifique, les résultats vont venir «prochainement», à différents niveaux. La planification a été mise noir sur blanc et cela fait 600 pages «très détaillées». Patrick Aebischer a cependant souligné qu'il fallait partir de l'idée que l'on devait pouvoir «modifier les plans» en fonction des avancées des scientifiques.

(ats)

Votre opinion