Publié

SyrieLe projet de résolution à l'ONU se heurte aux «lignes rouges» russes

Européens et pays arabes ont présenté au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution qui prévoit notamment un transfert du pouvoir de Bachar Al-Assad à son vice-président. La Russie s'y oppose.

Avec des masques géants à l'effigie de Vladimir Poutine (à gauche) et de Bachar Al-Assad, des membres du mouvement citoyen Avaaz ont manifesté cette semaine devant le Conseil de sécurité de l'ONU à New York.

Avec des masques géants à l'effigie de Vladimir Poutine (à gauche) et de Bachar Al-Assad, des membres du mouvement citoyen Avaaz ont manifesté cette semaine devant le Conseil de sécurité de l'ONU à New York.

AFP

Européens et pays arabes ont présenté vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU un nouveau projet de résolution sur la Syrie fondé sur le plan de règlement de la Ligue arabe. Mais la Russie a immédiatement tracé des «lignes rouges» à ne pas dépasser.

«J'ai dit clairement que la Russie ne considérait pas ce projet de texte comme une base d'accord», a déclaré aux journalistes l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine à la fin de la réunion du Conseil. «Cela ne veut pas dire que nous refusons de discuter.»

«Nous avons indiqué quelles étaient nos lignes rouges», a-t-il expliqué en citant l'opposition de Moscou à «toute indication de sanctions (..) et à l'imposition d'un quelconque embargo sur les armes» à destination de la Syrie. Il a aussi affirmé qu'il n'était pas question pour la Russie de «préjuger du résultat d'un dialogue politique en Syrie» en demandant le départ du président Bachar Al-Assad.

Or le plan arabe, repris dans le projet de résolution, prévoit un transfert du pouvoir de Bachar Al-Assad à son vice-président et la Ligue a pris en novembre dernier des sanctions économiques sans précédent contre Damas.

«Il y a trois ou quatre objections principales», a confirmé l'ambassadeur français Gérard Araud. Il a fait valoir qu'il n'y avait «pas d'embargo sur les armes dans le texte» et que sur la question des sanctions et celle du «changement de régime», la résolution ne faisait que reprendre les termes de la Ligue arabe.

Des experts vont se réunir lundi pour préciser les points d'achoppement avant des négociations de fond mercredi. Entre-temps, des responsables de la Ligue arabe dont son secrétaire général Nabil al-Arabi doivent exposer mardi au Conseil les détails du plan arabe.

Londres rejette les objections russes

L'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant a rejeté les objections russes, affirmant: «il n'y a rien de tout cela dans le texte». Le projet de résolution, préparé par Paris, Londres et Berlin avec plusieurs pays arabes, a été officiellement mis sur la table par le Maroc.

Le nouveau projet reprend les grandes lignes du plan annoncé le week-end dernier par la Ligue arabe et exprime «le soutien total» du Conseil à ces décisions. Le texte «exige que le gouvernement syrien mette immédiatement un terme à toutes les attaques et violations des droits de l'homme» contre sa population civile.

«Toutes les parties en Syrie, dont les groupes armés, doivent cesser immédiatement toute violence», ajoute la résolution. Elle fait aussi référence aux sanctions économiques inédites imposées par la Ligue à la Syrie en novembre dernier et «encourage tous les pays à adopter des mesures similaires.»

(ats/afp)

Votre opinion