Berne - Le PS veut contrer l’achat d’un appareil américain
Publié

BerneLe PS veut contrer l’achat d’un appareil américain

Le choix du nouvel avion de combat se rapproche à Berne. Dans l’hypothèse où il se porterait sur un des deux modèles américains, le Parti socialiste se prépare à lancer une initiative populaire.

par
Eric Felley
Le F-35 de Lockheed-Martin est toujours en lice pour équiper l’armée suisse.

Le F-35 de Lockheed-Martin est toujours en lice pour équiper l’armée suisse.

Lockheed-Martin

En cette dernière semaine du mois de mai, les avionneurs jouent leurs dernières cartouches à Berne afin que leur jet soit retenu par le Conseil fédéral. La tension monte car celui-ci a promis une décision pour le mois de juin. Sera-t-elle tenue ou pas? Même dans les rangs parlementaires, on ignore où en est précisément le calendrier.

Pour rappel, les quatre finalistes sont le Rafale du français Dassault, l’Eurofighter Typhoon de l’européen Airbus, le F/A-18 Super Hornet de l’américain Boeing et le F-35, également américain, de Lockheed-Martin. Si les autres partis n’ont pas officiellement avancé de préférences, le Parti socialiste a annoncé depuis longtemps qu’il contestait l’achat d’un avion américain.

20 000 personnes pour 5 signatures chacune

Mardi, dans un communiqué, il a réitéré sa méfiance et lancé un appel à ses membres: «Trop chers, surdimensionnés et sous la surveillance constante de la CIA: les avions de chasse américains sont inutiles pour la Suisse. C’est pourquoi nous avons, avec nos alliés, pris une décision: si le Département de la défense (DDPS) veut acheter un avion de combat aux États-Unis, nous lancerons une initiative pour l’en empêcher. Aujourd’hui, nous sommes à la recherche de 20 000 personnes prêtes à apporter 5 signatures chacune».

Après le résultat très serré devant le peuple pour l’acquisition de ces avions l’automne dernier, le PS précise: «Si le peuple suisse n’avait pas voté sur une décision de planification nébuleuse et peu démocratique, mais sur l’acquisition concrète d’un type spécifique d’avion de combat, le résultat aurait probablement été différent».

Système de surveillance français

Si l’on ignore quel sera le choix final du Conseil fédéral, le DDPS a annoncé le 1er avril, que la société Armasuisse avait signé avec l’entreprise française Thales un contrat d’acquisition pour «SkyView». Ce système va remplacer l’actuel système de surveillance de l’espace aérien et de conduite des opérations aériennes des Forces aériennes suisses. Le DDPS avait précisé que le projet C2Air (C2 pour Command and Control) «fait partie, avec ses sous-projets, du programme Air2030, tout comme les projets du Nouvel avion de combat (NAC), du Système de défense sol-air de longue portée (DSA LP) et du renouvellement Radar». Le choix français était-il un signal pour la suite? L’avenir le dira. Mais si c’est le cas, les socialistes ne bougeront pas.

Votre opinion

103 commentaires