Publié

QatarLe Qatar promet le respect des droits des travailleurs sur les chantiers du Mondial

Le comité d'organisation du Mondial 2022 au Qatar a annoncé lundi qu'il allait imposer le respect des droits des travailleurs sur les chantiers de la Coupe du monde, au lendemain d'un rapport d'Amnesty International dénonçant l'exploitation des ouvriers immigrés.

Dans un communiqué, le Comité suprême du Qatar 2022 (Q22) a indiqué s'être réuni dimanche avec Amnesty International pour "débattre des conditions des ouvriers travaillant sur les projets" de la Coupe du monde. La discussion a été "productive" et "le dialogue constructif", et elle se poursuivra jusqu'à la tenue du Mondial, selon le texte. Le Comité d'organisation indique qu'il va "publier à la fin de l'année des Normes de protection des travailleurs " qui établiront des directives allant "du recrutement au rapatriement". "La conformité avec la loi et les normes du Q22 seront une obligation pour les entreprises qui travaillent sur les projets du Mondial", selon le communiqué qui affirme qu'une structure de surveillance sera mise en place. Dans un rapport publié dimanche soir, Amnesty International a dénoncé une exploitation "alarmante" des travailleurs immigrés au Qatar et appelé ce pays à saisir l'occasion du Mondial-2022 pour prouver son respect des droits de l'Homme. L'organisation de défense des droits de l'Homme a aussi exhorté la Fifa à faire pression sur le richissime émirat gazier pour qu'il améliore les conditions des ouvriers étrangers, majoritairement asiatiques. Dans son rapport, fruit d'une longue et laborieuse enquête, Amnesty cite divers abus contre les expatriés, incluant "le non-paiement de salaires, des conditions de travail dures et dangereuses, et des conditions de logement scandaleuses", parfois sans climatisation dans une chaleur étouffante. mich-at/cbo

(AFP)

Ton opinion