Mali: Le QG d'une mission de l'UE attaqué à Bamako
Actualisé

MaliLe QG d'une mission de l'UE attaqué à Bamako

Un hôtel abritant le quartier général de la mission de formation de l'Union européenne au Mali a été attaqué par des hommes armés. Il n'y a pas eu de victimes.

L'attaque se serait déroulée dans cet hôtel.

L'attaque se serait déroulée dans cet hôtel.

DR

Un hôtel de Bamako abritant la mission de l'Union européenne qui entraîne l'armée malienne (EUTM Mali) a été visé lundi soir par une attaque qui a fait un mort parmi les assaillants qui ont été repoussés.

L'hôtel, réquisitionné par la mission de formation européenne, est situé dans le quartier ACI 2000, à proximité de l'hôtel de luxe Radisson Blu qui avait été frappé le 20 novembre par un attentat djihadiste, ayant fait 20 morts, outre les deux assaillants.

Des tirs, suivis d'échanges d'armes automatiques, avaient éclaté en début de soirée dans ce quartier huppé de la capitale malienne, selon des témoins et des correspondants de l'AFP. «Il y a quatre personnes qui ont tenté de forcer notre barrage en tirant. Parmi eux, il semble qu'il y avait un sniper», a indiqué une source au sein de l'EUTM sous le couvert de l'anonymat.

Trois attaquants toujours recherchés

«Un des quatre assaillants a été neutralisé, les trois autres sont recherchés», a-t-on ajouté, sans préciser si l'assaillant neutralisé était mort. Mais l'AFP a pu consulter une photo fournie par un policier, montrant un homme en jean et chemise, gisant au sol dans une mare de sang, et identifié comme un des participants à l'attaque. Les motivations des assaillants restaient inconnues.

Les tirs se sont tus peu avant 20H00 (locales et GMT), selon des témoins. «J'ai entendu des tirs nourris devant l'hôtel. Puis des militaires maliens ont bouclé le secteur», avait indiqué un témoin en début de soirée. Le quartier a été bouclé et trois véhicule blindés de la Mission de l'ONU dans le pays (Minusma) ainsi que quatre de l'armée malienne sont arrivés sur les lieux.

«Aujourd'hui le QG de l'EUTM Mali a été attaqué. Personne n'a été blessé et aucun dommage n'a été occasionné», a annoncé la mission sur son compte twitter et sa page Facebook peu après 20H00. Selon une source militaire malienne sur place, «les opérations de ratissage se poursuivent parce qu'un kamikaze serait dans les parages du quartier général de l'EUTM».

«Nous appelons au calme. La situation est sous contrôle. Les forces de l'ordre sont en première ligne», a assuré dans un SMS un conseiller du président Ibrahim Boubacar Keïta, en voyage officiel en Namibie.

Précédent au Radisson

L'attentat contre le Radisson avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe djihadiste, de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi.

L'EUTM, qui compte quelque 600 personnels, réunit des militaires européens de 25 pays, actuellement sous commandement allemand. Elle a été lancée en février 2013, dans la foulée de l'opération militaire à l'initiative de la France pour chasser les djihadistes qui contrôlaient le nord du Mali.

Elle a pour objectif de remettre sur pied une armée malienne sous-entraînée et sous-équipée en apportant une expertise dans la préparation opérationnelle, le soutien logistique, le renseignement et la formation des unités combattantes sur le camp de Koulikoro (60 km au nord-est de Bamako).

Aqmi au Nord

La vaste région du nord du Mali était tombée en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

Ils ont été dispersés et en grande partie chassés après l'intervention internationale, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones échappent encore au contrôle des forces nationales et internationales, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix entre le gouvernement, les groupes qui le soutiennent, et l'ex-rébellion à dominante touareg, destiné à isoler définitivement les djihadistes .

Extension du conflit

Longtemps concentrées dans le nord, les attaques se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis le sud du pays.

(AFP)

Votre opinion