Football: le Real prend les commandes, le Barça brille à Séville

Publié

Footballle Real prend les commandes, le Barça brille à Séville

Grâce à ses deux Brésiliens Vinicius et Rodrygo, le Real Madrid a dominé le Betis Séville 2-1 samedi pour son premier match au Bernabéu lors de la 4e journée, et reprend seul les commandes de la Liga devant le FC Barcelone, large vainqueur 3-0 à Séville.

Vinicius Junior a réussi à se défaire du marquage.

Vinicius Junior a réussi à se défaire du marquage.

AFP

Vinicius a ouvert la marque pour les Madrilènes dès la 9e minute en se glissant entre le défenseur Edgar Gonzalez et le gardien Rui Silva, puis après l’égalisation de Sergio Canales sur une situation de touche (17e), c’est Rodrygo qui a offert la victoire au Real en poussant de manière chanceuse dans les cages le ballon remis en retrait par Fede Valverde (65e), entré en jeu quelques secondes auparavant à la place d’Eduardo Camavinga.

De cette confrontation entre les deux seules équipes qui cumulaient jusque-là trois succès en trois matches, c’est le Real qui est sorti vainqueur. Les Madrilènes comptent provisoirement six points d’avance sur l’Atlético Madrid (7e, 6 pts) qui se rend chez la Real Sociedad à 18h30, et cinq unités de plus que le FC Barcelone, actuel 3e (7 pts), qui se déplace en soirée (21h00) sur le terrain du Séville FC.

La mauvaise nouvelle pour le Bétis est arrivée juste avant l’égalisation. A la 11e minute, Nabil Fekir a mis le ballon en touche et a rejoint son banc, visiblement touché à l’ischio-jambier de la jambe droite. Il a été remplacé par Luiz Henrique. Une bien mauvaise nouvelle à deux mois du Mondial (20 novembre – 18 décembre) pour le milieu offensif international français, qui rêvait d’aller au Qatar avec les Bleus, comme il l’avait confié dans un entretien à l’AFP en mars. Sa dernière sélection remonte à septembre 2020 contre la Croatie.

Le Real, de son côté, aurait pu accroître son avance : Vinicius (19e) ou Karim Benzema (49e) ont eu des ballons de but, mais ne sont pas parvenus à les convertir. Les hommes de Carlo Ancelotti font toutefois le plein de confiance avant le début de la Ligue des champions mardi (21h00) sur le terrain du Celtic Glasgow.

Oblak touché

En début de soirée, l’Atlético a été accroché 1-1 par la Real Sociedad à Saint-Sébastien, et a peut-être perdu son gardien-totem Jan Oblak, visiblement blessé à l’adducteur gauche sur un contact avec Reinildo et remplacé par le portier croate Ivo Grbic à la 85e. Les Colchoneros ont ouvert la marque dès la 5e minute grâce à un ballon repris par Alvaro Morata sur corner, mais les Basques ont répliqué au retour des vestiaires, sur un centre millimétré servi par Mohamed-Ali Cho et conclu par la nouvelle recrue Umar Sadiq (55e).

Porté par l’excellent match de ses recrues et par le grand match de son gardien Alex Remiro, la Real a même cru marquer le but de la victoire à la 77e, mais le but de Sadiq, sur une inspiration de Takefusa Kubo, a été annulé pour hors-jeu. Antoine Griezmann, lui, est entré comme d’habitude à la 63e minute à la place de Rodrigo de Paul, mais n’a pas réussi à être décisif sur coup franc dans le temps additionnel. C’est le deuxième nul en quatre matches pour les Colchoneros.

Plus au sud, dans la chaude soirée andalouse, Jules Koundé a brillé pour son grand retour au chaudron du Sanchez-Pizjuan. Passé de Séville à Barcelone cet été, le défenseur international français a fini le match avec deux passes décisives et une victoire 3-0.

Il a d’abord servi une merveilleuse ouverture pour Robert Lewandowski (36e), qui a marqué son 5e but en 4 matches pour rejoindre Cristiano Ronaldo (2009) et Radamel Falcao (2011) au rang des attaquants qui ont signé les meilleurs débuts en Liga. Puis Koundé, sur corner, a remis de la tête un ballon parfait pour le plat du pied droit d’Eric Garcia, qui a scellé le 3-0 (50e).

Auparavant, Raphinha a ouvert son compteur de buts au Barça (21e) en concluant de la tête un contre mené par Ousmane Dembélé et une frappe de «Lewy» sortie in-extremis par Fernando. Un match presque parfait pour ces Catalans séduisants, qui retrouveront mercredi (21h00) au Camp Nou, face au Viktoria Plzen, la reine des compétitions continentales.

Séville, de son côté, plonge en pleine crise : les hommes de Julen Lopetegui, menacé, ont essuyé là leur troisième revers en quatre matches depuis le début du championnat, et flirtent avec la zone rouge (17es). «La situation dans laquelle on se trouve est compliquée. C’est dur d’en arriver là. Je comprends la colère et l’inquiétude des supporters, mais les occasions, on les a. Je demande pardon pour les résultats, mais aussi de la confiance et de la patience. Nous avons entièrement confiance en notre entraîneur», a assuré Ivan Rakitic au coup de sifflet final.

Ils risquent de souffrir au moins autant mardi, avec la réception du Manchester City d’Erling Haaland en Ligue des champions.

(AFP)

Ton opinion