02.08.2019 à 11:53

Le réchauffement a renforcé la canicule de juillet

Climat

Selon une étude scientifique publiée vendredi, les températures qui ont fait suer l'Europe auraient pu être moins élevées de 1,5 à 3 degrés sans le réchauffement climatique.

La ville de Paris a connu des températures extrêmes ce juillet.

La ville de Paris a connu des températures extrêmes ce juillet.

AFP

Sans le changement climatique imputable aux activités humaines, les températures qui ont frappé l'Europe de l'ouest fin juillet auraient été «environ 1,5°à 3°C moins élevées», selon les calculs d'un groupe de scientifiques publiés vendredi.

Des records de température ont été battus dans plusieurs pays d'Europe de l'Ouest lors de cette vague de chaleur brève mais intense: 42,6°C à Paris et à Lingen, en Allemagne, 41,8°C à Begijnendijk, dans le nord de la Belgique, et 40,4°C dans le sud des Pays-Bas. Des températures inédites ont également été atteintes au Royaume-Uni, avec 38,7°C au Jardin botanique de l'Université de Cambridge.

Les scientifiques de ce réseau ont pris comme référence les trois jours consécutifs les plus chauds lors de cet épisode caniculaire. Pour la France, en combinant différents modèles, les scientifiques estiment que «la probabilité qu'un tel événement se produise a été multiplié par au moins dix», selon leur rapport. Concernant la canicule qui avait frappé l'Hexagone fin juin, ils avaient déjà calculé qu'elle avait été rendue «au moins cinq fois plus probable» que si l'Homme n'avait pas altéré le climat.

Surmortalité

Les canicules ne sont pas sans danger pour la santé humaine, rappellent ces scientifiques, avec des risques de surmortalité chez les personnes âgées, des morts par noyade mais aussi des décès de personnes ayant pratiqué une activité physique en pleine chaleur. En août 2003, plus de deux semaines de canicule avaient entraîné une surmortalité de 15'000 personnes en France et de plus de 70'000 sur toute l'Europe.

La chaleur avait mis en évidence des dysfonctionnements des services de santé et l'isolement des personnes âgées, principales victimes de la canicule. Par la suite, les autorités ont élaboré un «plan canicule» opérationnel tous les étés pour protéger les personnes âgées, handicapées, sans domicile et les très jeunes enfants. Des villes comme Paris prennent aussi des mesures, comme l'ouverture de parcs la nuit ou de salles rafraîchies.

Les chiffres de surmortalité pour l'épisode caniculaire du mois de juin sont attendus début août. Ceux pour la vague de chaleur de fin juillet devraient être rendus publics vers la rentrée.

Sécheresse et incendie

Ces deux dernières canicules ont aussi perturbé les transports ferroviaires, en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et au Royaume-Uni à cause de feux de broussailles le long de voies ou de dommages causés aux infrastructures par l'extrême chaleur.

La chaleur renforce aussi le problème de sécheresse et les risques de départ de feu de forêt ou de chaume. En France par exemple, 79 départements sont concernés par des restrictions d'eau.

Jamais aussi chaud

Ces vagues de chaleur sont appelées à se multiplier et à s'intensifier sous l'effet du réchauffement climatique. Au cours des 2000 dernières années, les températures mondiales n'avaient jamais augmenté aussi rapidement, selon des données publiées fin juillet dans deux études distinctes dans les revues Nature et Nature Geoscience.

Juin 2019 a d'ailleurs été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, notamment en raison de la canicule exceptionnelle en Europe. Juillet pourrait être du même acabit et battre le record de juillet 2016, selon des données provisoires du service européen Copernicus sur le changement climatique et de l'Organisation météorologique mondiale, basées sur les 29 premiers jours de juillet.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!