26.11.2019 à 08:47

Le réchauffement climatique atteindra 3,2°C

Climat

Selon un rapport d'ONU Environnement, il est impossible de limiter le réchauffement à 1,5 degré avec les engagements actuels.

Bannière géante de Greenpeace sur le glacier de Gorner à 2600 mètres d'altitude à Zermatt (août 2009).

Bannière géante de Greenpeace sur le glacier de Gorner à 2600 mètres d'altitude à Zermatt (août 2009).

archive, Keystone

Le réchauffement climatique atteindra 3,2°C d'ici 2100 si les Etats s'en tiennent à leurs engagements actuels. Dans un rapport publié mardi à Genève, ONU Environnement estime que les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites de 7,6% par an jusqu'en 2030.

Cet effort doit permettre de limiter à 1,5°C le réchauffement. «C'est possible, mais il faudra une volonté politique» et un engagement du secteur privé, a affirmé devant la presse la directrice exécutive d'ONU Environnement Inger Andersen, à quelques jours de la COP25. «Nous avons tous une responsabilité», dit-elle.

La «croissance économique»

Les améliorations à atteindre sont cinq fois plus importantes que le dispositif décidé par les différents pays, précise son institution dans son rapport annuel sur l'écart des émissions à réduire pour atteindre cette augmentation moins importante. Et trois fois pour une augmentation de 2°C.

Une action dès 2010 aurait permis de limiter les réductions à atteindre par an d'ici 2030 à 3,2%, déplore Inger Andersen. L'augmentation de l'écart vient «de la croissance économique», notamment dans les pays en développement, a expliqué de son côté le principal responsable du rapport, soulignant que les pays développés ne stabilisent «pas vraiment» leurs émissions.

Une conférence de suivi sur l'accord de Paris est attendue à la fin 2020. Les Etats doivent alors étendre leurs engagements de manière significative, selon l'ONU.

Energie et transports

Mais ils «ne peuvent simplement pas attendre jusque-là» pour oeuvrer davantage, explique la directrice exécutive d'ONU Environnement. Inger Andersen souhaite un «changement» pour sortir des attitudes qui provoquent des émissions de gaz à effet de serre élevées dans l'énergie ou les transports. Elle appelle les gouvernements à s'activer immédiatement avec chaque région, ville, entreprise et citoyen. Les technologies existent, mais elles ne sont pas suffisamment exploitées.

L'énergie est la branche la plus prometteuse, selon le responsable du rapport. Des investisseurs gagnent de l'argent avec les technologies renouvelables, insiste-t-elle. Le coût de la plupart de celles-ci a largement diminué en près de 20 ans, relève également le rapport d'ONU Environnement.

Si des avancées rapides ne sont pas obtenues, l'objectif de limiter à 1,5°C le réchauffement d'ici à 2100 sera déjà impossible à honorer avant même 2030. Les Etats du G20 rassemblent plus de trois quarts des émissions, mais seuls cinq d'entre eux se sont engagés à long terme à les neutraliser parmi une soixantaine de pays qui ont pris cette résolution.

Sans eux, «l'impact probable sur l'écart d'émissions sera limité», estime le rapport. Parmi les Etats du G20, les Etats-Unis restent en dehors de l'accord de Paris. «Nous devons accepter» cette politique, mais des centaines de villes restent actives, dit encore Inger Andersen.

Record d'émissions de CO2 en 2018

A court terme, les pays développés doivent mener un effort plus important que les pays en développement pour des raisons d'équité, relève ONU Environnement. Mais les seconds peuvent aussi s'adapter à des technologies vertes plus rapidement, selon elle.

Et en 2018, les émissions ont atteint un nouveau record, notamment en raison de la déforestation, à près de 56 gigatonnes d'équivalents CO2. Pour limiter le réchauffement à 2°C d'ici à 2100, elles devraient être en 2030 de 15 gigatonnes inférieures aux engagements actuels des Etats, soit un recul de près de 3% par an. Pour 1,5°C, la baisse devrait s'établir à 32 gigatonnes.

Le rapport relève la prise de conscience grandissante des bienfaits d'une action pour le climat, comme les Objectifs de développement durable (ODD) ou la lutte contre la pollution. D'importants efforts sont menés par les investisseurs, différentes collectivités, notamment les Etats et les villes, ou encore les entreprises.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!