Pandémie: Le réchauffement climatique aurait favorisé l’apparition du Covid
Publié

PandémieLe réchauffement climatique aurait favorisé l’apparition du Covid

Selon une étude, une quarantaine d’espèces de chauve-souris porteuses de coronavirus a proliféré dans une zone vers le sud de la Chine, la Birmanie et le Laos en raison de la modification de son habitat naturel.

La chaîne de transmission exacte du SARS-CoV-2 reste à déterminer, mais le changement climatique et les destructions d’écosystèmes mettent en contact plus fréquent humains et animaux.

La chaîne de transmission exacte du SARS-CoV-2 reste à déterminer, mais le changement climatique et les destructions d’écosystèmes mettent en contact plus fréquent humains et animaux.

AFP

Le réchauffement climatique pourrait avoir joué un rôle dans le passage à l’homme du coronavirus responsable du Covid-19, en offrant de nouveaux habitats aux chauve-souris, espèce d’origine présumée du virus, selon une étude publiée vendredi.

«Les deux faces d’une même pièce»

Des chercheurs de l’université de Cambridge ont modélisé la présence de populations de différents types de chauve-souris, en utilisant des données de température et de pluviométrie pour déterminer la localisation du type de végétation constituant leur habitat, pour cette étude publiée dans la revue «Science of the Total Environment».

Selon ces modèles, sur les 100 dernières années, 40 espèces de chauve-souris ont ainsi vu s’étendre les conditions favorables à leur présence dans une zone à cheval sur le sud de la Chine, la Birmanie et le Laos.

Chaque espèce de chauve-souris étant en moyenne porteuse de 2,7 coronavirus, ce serait donc une centaine de ces virus différents qui serait potentiellement en circulation dans cette zone, d’où le SARS-CoV-2 est présumé être originaire.

«Nous sommes loin de dire que la pandémie ne serait pas survenue sans le réchauffement climatique. Mais il me semble difficile de dire que cette augmentation du nombre de chauve-souris et des coronavirus qu’elles portent la rende moins probable», a dit à l’AFP l’auteur principal Robert Meyer.

Des mécanismes complexes

La chaîne de transmission exacte du SARS-CoV-2 reste à déterminer, mais le changement climatique et les destructions d’écosystèmes mettent en contact plus fréquent humains et animaux, a souligné le chercheur. «Ce sont les deux faces d’une même pièce, nous pénétrons plus profondément leur habitat et dans le même temps, le changement climatique peut pousser les pathogènes vers nous.»

Plusieurs scientifiques qui n’ont pas participé à l’étude ont souligné que l’apparition de la pandémie avait des ressorts multiples.

«Le passage (de l’animal à l’homme) est le résultat de mécanismes complexes. Le changement climatique a certainement un rôle en modifiant la localisation des espèces. Mais il se pourrait que l’accroissement de la population humaine et la dégradation des habitats via l’agriculture jouent un rôle plus important», a ainsi commenté Kate Jones, professeure d’écologie et biodiversité au University College de Londres.

«Ils montrent que le changement climatique a pu avoir un impact sur les espèces au Yunnan, mais c’est à plus de 2’000 kilomètres de Wuhan», où l’épidémie est apparue en Chine, a de son côté relevé Paul Valdes, professeur de géographie de l’environnement à l’université de Bristol.

(AFPE)

Votre opinion