Suisse: Le recyclage du plastique: cher et peu efficace

Actualisé

SuisseLe recyclage du plastique: cher et peu efficace

Le bénéfice écologique de la collecte de plastique est faible et a un prix, selon une étude menée dans huit cantons.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Le rapport coût-efficacité de la collecte des déchets plastiques ménagers est modeste comparé à celui des bouteilles en PET, par exemple. Les avantages environnementaux sont relativement faibles par rapport aux coûts engendrés, selon une étude de la Haute école technique de Rapperswil (SG) menée dans huit cantons alémaniques.

Ces dernières années, plusieurs nouvelles collectes de plastiques autres que le PET ont été créées dans différents cantons. Ce projet baptisé Recyclage et valorisation des plastiques (KuRVe) a analysé les avantages environnementaux et les coûts des différentes méthodes de valorisation et d'élimination.

Il a été mené sur mandat de l'Office fédéral de l'environnement, de huit cantons (AG, BE, BL, BS, GR, SG, TG, ZH) et d'associations diverses, de Swiss Recycling et de cimenteries, notamment.

Du combustible

Le recyclage n'est possible que pour une partie des déchets plastiques collectés. Le reste sert de combustible dans les cimenteries ou est incinéré avec les ordures ménagères. L'énergie est récupérée sous forme d'électricité et de chaleur.

Les résultats indiquent que le rapport entre les coûts et les avantages du tri sélectif des déchets plastiques correspond à environ un tiers de l'efficacité du système de recyclage du PET. Cela a certes des effets positifs sur l'environnement, mais le fonctionnement du système est coûteux.

Les scientifiques ont calculé que le bénéfice écologique potentiel d'une nouvelle collecte de matières plastiques en Suisse est l'équivalent d'un trajet en voiture évité de 30 kilomètres par personne et par an. En outre, le coût de l'élimination des sacs-poubelles, à environ 250 francs la tonne, est nettement inférieur à celui d'une nouvelle collecte et d'un recyclage du plastique, estimé à 750 francs/tonne.

Le bénéfice écologique est donc comparativement faible et a un prix. Ces résultats serviront de base pour les prochaines discussions et décisions politiques sur le sujet, écrit encore la Haute école dans un communiqué.

(ats)

Ton opinion