Publié

Péréquation financièreLe référendum contre la réforme a échoué

Les auteurs du projet n'ont récolté que 7500 signatures sur les 50'000 requises.

Les deux Chambres avaient décidé en juin d'alléger la part versées par les cantons «riches» aux cantons «pauvres».

Les deux Chambres avaient décidé en juin d'alléger la part versées par les cantons «riches» aux cantons «pauvres».

Keystone

Le référendum des cantons contre la réforme de la péréquation financière a échoué. Jeudi, dernier délai, le projet avait engrangé 7500 signatures sur les 50'000 requises et seuls quatre cantons sur les huit nécessaires le soutenaient.

Les signatures seront déposées sous forme de pétition, a indiqué à l'ats René Bünter, président du comité référendaire et élu UDC au Grand Conseil schwyzois. Le politicien était la force motrice de ce référendum.

Les ressources humaines et financières ont manqué pour pouvoir récolter activement des signatures dans tous les cantons, relève René Bünter. Les vacances d'été, le manque de soutien des autres partis cantonaux, mais aussi la peur d'une défaite lors d'un vote populaire et la perte des améliorations offertes par le compromis qui en découlerait, pourraient être responsables de cet échec, détaille-t-il.

La plus grande partie des signatures vient des cantons de Schwyz (5000), Zurich (1000) et Zoug (1000). Toutefois des habitants de Nidwald et Schaffhouse soutenaient également le référendum. Tous sont des cantons donateurs de la réforme de la péréquation financière.

Recherche de solutions

Avec l'échec du référendum, celle-ci devrait désormais entrer en vigueur. En juin le Conseil national et les Etats s'étaient mis d'accord pour que les cantons «riches» versent moins aux cantons «pauvres» entre 2016 et 2019. Mais l'allégement avait été moins grand que prévu.

En Suisse centrale, Schaffhouse, Zoug, Schwyz et Nidwald, pas contents du tout, avaient donné dans la foulée leur feu vert à un référendum des cantons contre ce compromis des Chambres fédérales.

De son côté, la Conférence des gouvernements cantonaux avait annoncé début octobre qu'elle souhaitait préserver le système de péréquation. Un groupe de travail planchera néanmoins sur la question pour examiner si des améliorations sont possibles.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!