Publié

LibyeLe régime Kadhafi disposait d'armes chimiques non-déclarées

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé vendredi qu'un stock d'armes était composé d'armes chimiques non-déclarées.

Le régime du colonel Mouammar Kadhafi avait rejoint en 2004 l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques(OIAC.

Le régime du colonel Mouammar Kadhafi avait rejoint en 2004 l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques(OIAC.

Keystone

«Une équipe d'inspecteurs de l'OIAC s'est rendue en Libye du 17 au 19 janvier 2012 pour vérifier des armes précédemment non-déclarées», a indiqué l'OIAC dans un communiqué, précisant que la visite des inspecteurs avait été effectuée à la demande des nouvelles autorités libyennes.

«Les inspecteurs ont examiné les munitions, principalement des obus, et ont déterminé qu'il s'agissait de munitions chimiques et qu'elles étaient donc déclarables», a précisé l'OAIC dans un communiqué.

Le 28 novembre, le CNT avait signalé officiellement à l'OIAC avoir trouvé ce que les nouvelles autorités pensaient être des armes chimiques qui n'avaient pas été déclarées par l'ancien régime.

Gaz moutarde

«Tout le matériel nouvellement déclaré est entreposé dans un dépôt de Ruwagha dans le sud-est libyen, au même endroit que des quantités de gaz moutarde et de produits chimiques qui avaient été déclarés par le gouvernement Kadhafi», a précisé l'OAIC.

Le régime du colonel Mouammar Kadhafi avait rejoint en 2004 l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui siège à La Haye, mais devait encore éliminer 11,5 tonnes de gaz moutarde, soit 45% de son stock initial, lorsque la rébellion s'est déclenchée en février.

Egalement appelé ypérite, le gaz moutarde provoque de graves brûlures chimiques aux yeux, sur la peau et aux poumons. Après la mort de Mouammar Kadhafi le 20 octobre, le CNT avait proclamé, le 23 octobre, la «libération totale» du pays.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!