Agression sexuelle: Le républicain accusé ne renoncera pas
Actualisé

Agression sexuelleLe républicain accusé ne renoncera pas

Roy Moore, le candidat à l'élection sénatoriale d'Alabama accusé de harcèlement sexuel sur des adolescentes, va continuer sa campagne.

Roy Moore et sa femme Kayla Moore le 16 novembre 2017.

Roy Moore et sa femme Kayla Moore le 16 novembre 2017.

Keystone

L'épouse de Roy Moore, le candidat républicain à l'élection sénatoriale du 12 décembre dans l'Alabama accusé de harcèlement sexuel, a affirmé vendredi que son mari poursuivrait sa campagne électorale. Elle a dénoncé des manoeuvres politiciennes.

«Il ne va pas cesser de se battre pour le peuple d'Alabama», a déclaré Kayla Moore. La campagne de Roy Moore, ancien président de la cour suprême d'Alabama, est en pleine tourmente depuis que le Washington Post a publié la semaine dernière les récits de trois femmes qui l'accusent de les avoir harcelées alors qu'elles étaient adolescentes et lui trentenaire.

D'autres accusations d'abus sexuels ont ensuite été portées contre lui. Avant ces accusations, M. Moore était largement favori face au démocrate Doug Jones, qui le devance désormais dans les intentions de vote.

Soutien républicain dans l'Alabama

Sa cote s'est toutefois redressée depuis que le parti républicain d'Alabama a annoncé jeudi qu'il continuait à le soutenir. Les leaders du parti à Washington souhaitent en revanche son retrait. Le comité national républicain pour les sénatoriales a d'ailleurs décidé après les premières accusations de ne plus financer sa campagne.

Selon la Maison-Blanche, le président des Etats-Unis Donald Trump trouve ces accusations troublantes, mais il considère que M. Moore ferait mieux de se retirer si elles sont fondées.

Le directeur des affaires législatives de la Maison-Blanche a rappelé vendredi que M. Trump avait soutenu Luther Strange, le rival de M. Moore à la primaire républicaine, et a jugé les explications de ce dernier «pas assez convaincantes pour le moment».

Le siège de sénateur de l'Alabama a été laissé vacant par Jeff Sessions, nommé au printemps ministre à la justice.

(ats)

Votre opinion