Publié

JO 2016Le rêve brisé de Valerie Adams

La Néo-Zélandaise basée en Suisse, double championne olympique en titre du poids, s'est fait souffler l'or.

Valerie Adams (à g.) a félicité l'Américaine Michelle Carter.

Valerie Adams (à g.) a félicité l'Américaine Michelle Carter.

Keystone

Un jet totalement inattendu de l'Américaine Michelle Carter à son 6e et dernier essai a brisé le rêve de Valerie Adams en finale du poids des Jeux de Rio. La Néo-Zélandaise entraînée par Jean-Pierre Egger menait confortablement le concours avant de voir Carter, avec son jet final à 20m63, meilleure performance pulvérisée, lui souffler le titre in extremis.

Le verdict est d'autant plus cruel qu'Adams, en cas de victoire, serait devenue la première femme de l'histoire, toutes disciplines athlétiques confondues, à gagner trois titres olympiques dans la même discipline. Elle avait lancé à 20m42 à son deuxième essai, loin devant tout le monde. Puis Carter, la championne du monde en salle 2016, a surgi, mettant fin au très long règne de la grande championne «kiwie». Le bronze revient à la Hongroise Anita Marton (19m87).

Invaincue cinq ans

Adams, 31 ans, n'arrivait pas comme favorite après une saison 2015 gâchée par les blessures et de nouvelles opérations. Mais elle pensait bien avoir une nouvelle fois pu écraser ses rivales grâce à sa formidable rage de vaincre, comme si souvent par le passé. Adams a été quatre fois championne du monde de 2007 à 2013 et est restée invaincue pendant cinq ans, jusqu'à ses blessures l'an dernier, enchaînant 56 succès d'affilée, depuis le début de sa collaboration avec Jean-Pierre Egger. Et bien sûr deux titres olympiques, en 2008 et 2012.

Elle espérait finir sa carrière au plus haut niveau en apothéose avec un 3e sacre olympique, mais tous ses espoirs sont partis en fumée avec ce verdict «argenté» qui ne saurait la satisfaire. Jean-Pierre Egger avait annoncé avant ces Jeux qu'il n'entendait plus entraîner d'athlète au quotidien. Son contrat avec la Fédération néo-zélandaise prend fin au terme de la saison. L'ancien coach à succès de Werner Günthör aura entraîné Valerie Adams pendant six ans. Quand il l'a reprise sous son aile, en novembre 2010, elle était au «fond du trou», psychologiquement et techniquement.

«Accepter et fêter»

Valerie Adams, qui vit dans la région biennoise, va quitter la Suisse à l'automne pour retourner au pays et s'y marier. Elle entend mettre la pédale douce sportivement à l'avenir, elle dont le corps est endolori par 18 années de musculation intensive, comme l'a relevé Jean-Pierre Egger. «Il faut simplement accepter que Carter a été meilleure... et fêter l'argent», a réagi Jean-Pierre Egger, philosophe. Le coach de La Neuveville a suivi la compétition à distance, depuis la Suisse, ayant préféré rester chez lui après une récente opération au ménisque.

Cette première journée a par ailleurs été marquée par le retour au premier plan de Jessica Ennis-Hill. La Britannique, héroïne des JO de Londres en 2012, vire en tête après la première de journée de l'heptathlon avec 4057 points, devant la Belge Nafissatou Thiam (3985) et la surprenant athlète de la Barbade Akela Jones (3964). Thima était en tête après trois disciplines avant de concéder plus d'une seconde et demie à Ennis-Hill sur 200 m (23''49 pour cette dernière) et de voir la Britannique logiquement la dépasser au classement.

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!