Publié

électionsLe ridicule ne tue pas, mais il crée de l'insécurité

La vice-présidente de l'UDC, Céline Amaudruz, joue à se faire peur dans un clip de campagne, où elle est victime d'un «braqueur importé». Heureusement, c'est de la fiction...

par
Eric Felley

Le clip de campagne de Céline Amaudruz . Vidéo YouTube/UDC

Ce qui semble être son appartement a été victime d'un cambriolage par un «braqueur importé». C'est une bien mauvaise surprise pour la vice-présidente de l'UDC suisse, la Genevoise Céline Amaudruz. Dans une vidéo promotionnelle, on la voit s'approcher de très loin dans une rue tranquille, vêtue d'un ensemble jupe bleu marine et chemiser satiné. Elle rentre chez elle, pimpante et gaie, une impression de légèreté renforcée par la musique, une mélodie sifflotée qui rappelle les publicités de la Migros.

«Serrons la vis»

Mais l'insécurité n'est jamais loin. Arrivant par les escaliers dans un immeuble de standing très moyen (qui d'ailleurs ne lui ressemble guère...), elle lève les bras au ciel devant sa porte fracassée. Son sac tombe et, en regardant par l'entrebâillement, elle ne peut réprimer un mouvement de dégoût devant la scène qui s'offre à son regard.

«A l'ombre...»

Ni une, ni deux, la voilà qui répare le loquet, dont les vis ont été arrachées, avec une perceuse Bosch. Maintenant, ça suffit comme ça, semble-t-elle penser sur son balcon, avant de déclarer: «Serrons la vis (sic) pour que la Suisse ne devienne pas un terrain de jeux pour braqueurs importés...» Avant même d'appeler la police et d'attendre les résultats d'une éventuelle enquête, elle connaît les coupables: «Après quelque temps à l'ombre, renvoyons les criminels étrangers chez eux.... »

«Bien dit Céline!»

Cette vidéo de campagne de Céline Amaudruz vaut son pesant de cinéma et de prévention. Diffusée sur YouTube et sur Facebook, elle suscite des commentaires très contrastés, où il est difficile parfois de trier le premier du second degré. Certains sont clairs: «Bien dit Céline, je vous soutiens!», «Bravo Madame vous me réconciliez avec la politique », «Bravo Céline très belle vidéo et bien dit pour le commentaire». Un autre est plus allusif: «Tout en subtilité dans le jeu d'acteur, je ne m'attendais pas a une telle finesse. Y avait-il la même décontraction dans la voix lorsqu'elle a appelé Guy Parmelin?»

Un internaute s'est dépêché de faire un GIF à partir de la vidéo, lorsque Céline Amaudruz découvre horrifiée la scène de crime...

Un scénario décliné

Enfin, les narquois sont au rendez-vous: «Oh mon dieu, c’est l’avenir du cinéma suisse là», «Prendre une Bosch pour fermer des portes...belle métaphore » ou «Ça c'est de la vidéo digne d'un oscar». Oskar n'est jamais loin, en effet... D'autres élus UDC ont également diffusé des vidéos sur le même scénario, qui commence par: «Le modèle Suisse est trop précieux pour être bradé, retroussons les manches pour le défendre». Yves Nidegger (UDC/GE) s'insurge contre des petits pains européens, et cuisine une tarte bien suisse. Quant à Jean-Luc Addor (UDC/VS), il débarrasse le paysage d'un cadre (allusion à l'accord-cadre) aux couleurs européennes, qui l'empêche d'admirer les beaux paysages du Valais.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!