Sondage: Le Röstigraben a muté en Coronagraben
Publié

SondageLe Röstigraben a muté en Coronagraben

Les Romands seraient plus solidaires avec les entreprises et particuliers en difficulté à cause de la pandémie et qui ont besoin d'une aide publique que les Alémaniques, selon un sondage du groupe Blick.

par
ewe
Romands et Alémaniques divergent sur les mesures anti-corona et les plans de soutien à l’économie.

Romands et Alémaniques divergent sur les mesures anti-corona et les plans de soutien à l’économie.

Joe Clark

«Les Romands pensent collectif, les Alémaniques pensent au fric», titre le «SonntagsBlick» qui publie les résultats d’un sondage représentatif de la population, commandé par le groupe Blick, et mené par l’institut Link auprès de 1000 personnes en Suisse. Le sondage a en effet révélé une «mutation du Röstigraben, le Coronagraben», écrit ironiquement le journal alémanique.

Le fossé entre Romands et Alémaniques est assez marqué, notamment au sujet des aides publiques: près de trois quarts des Romands estiment que les entreprises et particuliers en difficultés financières ne sont pas assez soutenus, alors qu’un Alémanique sur deux pense au contraire que l’aide fédérale est «équilibrée», voire «trop élevée».

Par ailleurs, le préjugé disant que les Romands auraient plus confiance dans l’Etat se confirme pour une fois, mais sans décrire complétement la réalité: «En Romandie, il prévaut de plus une conscience collective des responsabilités, alors que les Alémaniques pensent d’abord à leur propre porte-monnaie et aux hausses d’impôts», note la sociologue Sabrina Pfister, directrice de l’étude.

Taxer les entreprises qui profitent de la pandémie

L’idée de taxer les «profiteurs de la crise» trouve un écho un peu plus grand outre-Sarine : la moitié des sondés approuve «tout à fait» ou «plutôt» l’idée d’un impôt spécial Covid pour les grandes entreprises qui réalisent des bénéfices particulièrement élevés pendant la pandémie. Un peu plus réservés, les Romands l’approuvent à 42%.

Les Romands, par ailleurs si prompts à se faire vacciner, sont apparemment devenus des «grincheux» de la vaccination pendant la pandémie, estime «Blick». Seuls 23% des interrogés ont l’intention de se faire vacciner, contre 43% des Alémaniques. Commentaire de Virginie Borel, directrice du Forum du bilinguisme: «Les Alémaniques sont en général plus favorables à l’économie et donc probablement plus motivés, car la vaccination peut relancer l'économie plus vite.»

Vacciner les jeunes d’abord

Un point qui a fait l’unanimité des deux côtés de la Sarine: la priorité du Conseil fédéral de vacciner d’abord certains groupes de la population. Mais au moins un tiers des régions francophones préféreraient que la «population active et mobile» – c’est à dire les jeunes – soit vaccinée en premier lieu, alors que les plus de 65 ans devraient éviter tout contact et les transports publics dans la mesure du possible. Une idée qui heurte le sens de la liberté des Alémaniques, plus grand que chez les Romands qui sont plus ouverts à la réglementation, selon Sabrina Pfister.

Votre opinion

88 commentaires