Crise des migrants  – «Le Royaume-Uni a quitté l’UE, c’est donc à lui de gérer ses frontières»

Publié

Crise des migrants «Le Royaume-Uni a quitté l’UE, c’est donc à lui de gérer ses frontières»

Le vice-président de la Commission européenne a taclé les autorités britanniques samedi, alors que Paris et Londres s’écharpent après un naufrage meurtrier dans la manche.

Le Royaume-Uni «a quitté l’Union européenne», en conséquence il «doit à présent décider comment organiser la gestion du contrôle de ses frontières», a affirmé Margaritis Schinas.

Le Royaume-Uni «a quitté l’Union européenne», en conséquence il «doit à présent décider comment organiser la gestion du contrôle de ses frontières», a affirmé Margaritis Schinas.

AFP

Le vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas a estimé samedi que revient à la Grande-Bretagne la responsabilité de résoudre ses problèmes relatifs à l’afflux des migrants depuis qu’elle a quitté l’Union européenne.

Escalade dramatique

Le Royaume-Uni «a quitté l’Union européenne», en conséquence il «doit à présent décider comment organiser la gestion du contrôle de ses frontières», a affirmé Margaritis Schinas devant la presse sur l’île grecque de Kos.

«Si je me souviens bien, le principal slogan de la campagne du référendum (sur le Brexit) était «Nous reprenons le contrôle»», a ajouté Margaritis Schinas, qui coordonne un nouveau pacte sur les migrations et l'asile.

 Margaritis Schinas

Margaritis Schinas

AFP

«Depuis que le Royaume-Uni a repris le contrôle, c’est aux Britanniques de trouver les mesures nécessaires pour rendre opérationnel le contrôle qu’ils ont repris», a-t-il souligné.

La crise des migrants a connu une escalade dramatique après le naufrage mercredi d’une embarcation dans la Manche qui a causé la mort de 27 migrants. Les tensions entre la France et le Royaume-Uni se sont encore exacerbées après une lettre du Premier ministre britannique Boris Johnson publiée sur Twitter, demandant à la France de reprendre les migrants arrivant en Grande-Bretagne.

«Un film d’horreur» témoigne le pêcheur qui a découvert les 27 migrants morts

Méthodes «pas sérieuses»

La publication de cette lettre a ulcéré la France.

«Je suis surpris des méthodes quand elles ne sont pas sérieuses», a déclaré à Rome lors d’une conférence de presse le président français Emmanuel Macron, interrogé sur la lettre de Boris Johnson.

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a annulé la venue dimanche à Calais (nord de la France) de son homologue britannique Priti Patel qui devait participer à une réunion de crise sur les migrants.

La réunion aura lieu en présence des ministres chargés de l’immigration belge, allemand, néerlandais, ainsi que de la Commission européenne.

Ouverture de deux nouveaux camps fermés pour migrants en Grèce

La Grèce a ouvert samedi deux nouveaux camps fermés pour demandeurs d’asile dans les îles de Leros et de Kos, un modèle critiqué par des défenseurs des droits humains pour les contrôles stricts qui y sont imposés.

«Une nouvelle ère commence», a déclaré le ministre des Migrations Notis Mitarachi en annonçant l’ouverture de ces deux nouveaux camps.

Les nouveaux camps sécurisés, entourés de barbelés, pourvus de caméras de surveillance et de portails magnétiques où les demandeurs d’asile doivent présenter des badges électroniques et leurs empreintes digitales pour pouvoir entrer, sont fermés la nuit.

Les demandeurs d’asile peuvent sortir dans la journée mais doivent impérativement rentrer le soir.

Ces nouvelles installations que la Grèce s’est engagée à mettre en place grâce des fonds de l’Union européenne, sont appelées à remplacer les anciens camps sordides où s’entassaient des milliers de migrants dans des conditions insalubres.

«Nous libérons nos îles du problème des migrants et de ses conséquences», a ajouté le ministre. «Les images des années 2015-2019 appartiennent désormais au passé».

(AFP)

Ton opinion