Bilan 2016: Le saumon norvégien exporté à prix record
Publié

Bilan 2016Le saumon norvégien exporté à prix record

Malgré une baisse des volumes exportés, le prix moyen du saumon frais entier a bondi de 40% l'an dernier.

La France reste le premier consommateur des produits marins norvégiens.

La France reste le premier consommateur des produits marins norvégiens.

AFP

Les exportations de saumon norvégien ont atteint un niveau record en 2016 grâce à des prix sans précédent, a annoncé mercredi un organisme spécialisé.

La Norvège a vendu l'an dernier pour 65,3 milliards de couronnes (7,7 milliards de francs) de saumon et de truite d'élevage, une hausse de 31% par rapport à 2015, selon le Centre des produits de la mer de Norvège, chargé de la promotion.

Malgré une baisse de 5,5% des volumes exportés, cette performance a été rendue possible par la hausse des prix: le prix moyen du saumon frais entier à l'exportation a bondi l'an dernier de 40% pour dépasser 60 couronnes par kilo.

Elle survient alors que l'industrie peine à éradiquer le problème des poux de mer, des parasites qui s'attaquent aux saumons, nécessitant parfois leur abattage prématuré.

France premier consommateur

La France reste le premier consommateur des produits marins norvégiens (le saumon en représente les deux tiers) même si la Pologne est leur première destination, essentiellement à des fins de transformation. L'Hexagone a acheté pour 7,9 milliards de couronnes (27%) l'an dernier et la Pologne pour 9,7 milliards.

Pour 2017, les analystes tablent sur une nouvelle hausse des prix grâce à une demande toujours soutenue et à la réouverture du marché chinois, redevenu accessible après la récente réconciliation entre la Chine et la Norvège, en froid depuis l'attribution du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo en 2010.

Tous poissons confondus, les exportations de produits de la mer norvégiens ont atteint un niveau là aussi record, à 91,6 milliards de couronnes, soit 23% de plus qu'en 2015. Cette manne permet de partiellement compenser la chute des revenus pétroliers, principal moteur de l'économie nationale, grippé par la baisse du cours du baril depuis l'été 2014.

(ats)

Votre opinion