Suisse: Le SECO anticipe une reprise rapide de l’économie
Publié

SuisseLe SECO anticipe une reprise rapide de l’économie

L’assouplissement des mesures liées au coronavirus devrait avoir un effet bénéfique pour l’économie suisse. La prudence est toujours de mise pour l’année en cours mais le SECO est plus optimiste désormais pour 2022.

par
Pascal Schmuck
Le SECO maintient ses prévisions de croissance pour l’année en cours mais il a revu à la hausse ses pronostics pour 2022.

Le SECO maintient ses prévisions de croissance pour l’année en cours mais il a revu à la hausse ses pronostics pour 2022.

20 Minuten Agency

Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) prévoit que l’économie se reprenne rapidement avec l’assouplissement des mesures liées au coronavirus. Mais les pronostics s’inscrivent toujours dans un contexte d’extrême incertitude, explique le groupe d’experts de la Confédération, dans un communiqué, jeudi.

Le SECO s’attend encore à ce que le PIB recule fortement en Suisse au cours du 1er trimestre. «On ne devrait toutefois pas assister à un repli de même ampleur que celui survenu au printemps passé».

Pour l’année en cours, les experts de la Confédération tablent toujours sur une croissance du PIB corrigé des événements sportifs de 3,0% mais il revoit à la hausse ses prévisions pour 2022, évoquant une croissance de 3,3%, au lieu de 3,1% comme dévoilé en décembre.

Effet de rattrapage

Ces prévisions se basent sur le fait qu’il ne sera plus nécessaire de renforcer les mesures d’endiguement du virus, qui ont un impact marqué sur l’économie après l’implantation des mesures d’assouplissement du printemps 2021.

Toutefois, le SECO n’exclut pas que la pandémie fasse sentir ses effets sur l’évolution de l’économie jusqu’en 2022 «dans l’hypothèse où des mutants du virus devaient affaiblir l’efficacité des vaccins existants». D’un autre côté, des progrès rapides en matière de vaccination au niveau international pourraient renforcer la reprise en 2021, les experts de la Confédération évoquant un effet de rattrapage au niveau des dépenses de consommation privée.

Votre opinion