04.09.2020 à 10:45

Canton de BerneLe sentiment d’insécurité reste élevé à Bienne

Le radar de la sécurité a montré qu’à Bienne, un nombre de personnes supérieur à la moyenne suisse éprouvent un sentiment d’insécurité et appliquent même des stratégies d’évitement.

La population biennoise se sent moins en sécurité que dans d’autres villes de Suisse, même si les infractions sont en baisse (photo symbolique).

La population biennoise se sent moins en sécurité que dans d’autres villes de Suisse, même si les infractions sont en baisse (photo symbolique).

KEYSTONE/Adrian Reusser

Si le nombre d’infractions a diminué d’environ 25% au cours des dix dernières années à Bienne, le sentiment de sécurité n’a pas augmenté. Les Biennois se plaignent davantage qu’ailleurs du vandalisme et du trafic de drogue.

Le nombre de délits enregistrés à ce jour est nettement en deçà de celui de 2008, a indiqué vendredi la Ville de Bienne. Les infractions à la loi sur les stupéfiants sont en baisse de plus de 52% au cours des dix dernières années et celles à la loi sur les étrangers en diminution de 31%.

En 2007, la Ville avait élaboré un concept de sécurité englobant 31 mesures. «Grâce à la mise en œuvre de plus de 90% d’entre elles, ainsi que d’autres mesures, la situation sécuritaire à Bienne a pu être globalement améliorée et le concept a été remanié et adapté aux circonstances actuelles», peut-on lire dans le communiqué.

Les entraves à la sécurité occasionnées par des personnes vivant en marge de la société ont pu être sensiblement réduites, a précisé la Ville. De la même façon, concernant l’objectif de «séjourner sans crainte dans le domaine public» la situation s’est améliorée, bien que le potentiel d’optimisation demeure.

«En revanche, on note aucun changement positif quant aux entraves à la sécurité occasionnées par une minorité de jeunes adultes ou par une minorité de migrants non intégrés ainsi que concernant le sentiment de sécurité chez les femmes et les personnes âgées», a ajouté la Ville.

Stratégies d’évitement

Ainsi, le radar de la sécurité a montré qu’à Bienne, un nombre de personnes supérieur à la moyenne suisse éprouvent un sentiment d’insécurité et appliquent même des stratégies d’évitement, afin de contourner des lieux dits «dangereux». «Malgré le fait que la qualité de séjour dans le domaine public se soit améliorée en continu ces dernières années, le potentiel d’optimisation demeure», a précisé la Ville.

En comparaison cantonale et nationale, les personnes interrogées se plaignaient aussi de manière supérieure à la moyenne d’actes de vandalisme, de trafic de drogue et de dangers accrus de criminalité au niveau des cambriolages, du brigandage et des vols.

Par rapport à d’autres villes suisses de taille comparable, on relève un nombre d’accidents de la circulation supérieur à la moyenne à Bienne, surtout avec des dommages corporels. Le tapage nocturne et la violence de la jeunesse sont aussi un problème.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!