14.07.2017 à 14:19

FootballLe show Kylian Mbappé peut commencer

Le prodige de l’AS Monaco est arrivé sur sol helvétique jeudi soir. Il y restera jusqu’à mercredi, avec trois matches au programme.

par
Tim Guillemin, Saillon (VS)
1 / 5
Kylian Mbappé (T-shirt rouge, tout à dr.) n'était pas le plus pressé des Monglasques à s'engouffrer dans l'Hôtel des Bains de Saillon.

Kylian Mbappé (T-shirt rouge, tout à dr.) n'était pas le plus pressé des Monglasques à s'engouffrer dans l'Hôtel des Bains de Saillon.

Yvain Genevay
Kylian Mbappé (T-shirt rouge, tout à dr.) n'était pas le plus pressé des Monglasques à s'engouffrer dans l'Hôtel des Bains de Saillon.

Kylian Mbappé (T-shirt rouge, tout à dr.) n'était pas le plus pressé des Monglasques à s'engouffrer dans l'Hôtel des Bains de Saillon.

Yvain Genevay
Kylian Mbappé (T-shirt rouge, tout à dr.) n'était pas le plus pressé des Monglasques à s'engouffrer dans l'Hôtel des Bains de Saillon.

Kylian Mbappé (T-shirt rouge, tout à dr.) n'était pas le plus pressé des Monglasques à s'engouffrer dans l'Hôtel des Bains de Saillon.

Yvain Genevay

Le bus monégasque s’est fait attendre, mais il a fini par se parquer devant les Bains de Saillon (VS), jeudi peu avant 21 h, deux heures après un atterrissage à Genève effectué en toute discrétion. «On cherche la tranquillité», a grogné un membre du staff monégasque en apercevant l’appareil du photographe du «Matin».

Le brave employé de l’ASM a vite été rassuré en regardant autour de lui: personne n’avait fait le déplacement pour accueillir le récent demi-finaliste de la Ligue des champions. Les joueurs et le staff ont pu descendre du car dans l’anonymat le plus complet avant de gagner leurs chambres.

Pas de cris, pas de selfies. Juste le bruit du vent dans les abricotiers et les chuchotements des clients de l’hôtel, en peignoir et en tongs. «On avait fait exprès de ne pas communiquer les détails de leur arrivée», explique Marc Biolley, patron de Matchworld et organisateur du Festival des Alpes.

Un joyau à protéger

Il faut dire que le statut des Monégasques a changé depuis leur dernière visite en Suisse, il y a exactement une année. En juillet 2016, la jeune équipe de Leonardo Jardim n’était pas encore championne de France et n’avait pas encore enchanté l’Europe. Et Kylian Mbappé n’était qu’un gamin vaguement prometteur.

Depuis, l’attaquant de 18 ans a enchaîné les buts (26, dont 6 en Ligue des champions) et les téléphones de ses conseillers sonnent dans tous les sens. Le Real Madrid, Manchester City, Arsenal, Liverpool, le Paris Saint-Germain: tous le verraient bien signer dans leur club cet été. Un commentaire de sa part à la sortie du bus? «Pas d’interview! Avec personne», intercepte le chargé de communication, au marquage aussi efficace que celui de Kamil Glik, le solide défenseur central de l’ASM.

Il s’agit de protéger des sollicitations le joyau, lequel est en avance sur les temps de passage d’un certain Cristiano Ronaldo au même âge. D’autres ont perdu la tête pour moins que cela, et le staff de l’ASM veut préserver son jeune joueur au maximum. Évidemment, cela se comprend.

Trois gros matches

Kylian Mbappé (1,7 million d’abonnés sur Instagram!) n’a donc pas pu nous faire part de ses commentaires sur sa joie de débarquer en Valais. «Il va parler sur le terrain», sourit Marc Biolley, qui se réjouit particulièrement de voir le gamin gambader sur les pelouses de Martigny, Bagnes et Montreux, où les Monégasques affronteront respectivement Stoke, Eindhoven et Fenerbahçe.

«Ils nous ont demandé expressément de pouvoir disputer trois matches de haut niveau. C’était leur seule exigence», explique le boss de Matchworld. Et pour cause: il y a douze mois, l’ASM avait parfaitement lancé sa saison européenne grâce à ces matches de préparation. «C’était vraiment l’idéal pour eux, ils nous l’avaient dit. Je crois que c’est une des raisons pour lesquelles ils sont contents de revenir ici», continue Marc Biolley.

Autre atout, le terrain de football de Saillon se trouve à quelques dizaines de mètres seulement de l’hôtel où résident Mbappé et ses copains. «Ils ont beaucoup apprécié quand on leur a dit cela», continue l’organisateur. Seul bémol, le terrain est splendide mais très peu discret. «Ce n’est pas un problème. Il y aura sans doute un peu d’effervescence et c’est normal, mais on ne s’attend à aucun débordement», espère Marc Biolley, pas du tout inquiet.

Les champions de France sont venus en Valais y chercher de la tranquillité et du football de haut niveau. Et il n’y a aucune raison qu’ils en repartent déçus, que ce soit d’un point de vue ou de l’autre.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!