Publié

Guerre en UkraineLa prison à vie pour le premier soldat russe jugé pour crime de guerre

Lundi, à Kiev, Vadim Shishimarin, 21 ans, a été reconnu coupable d’avoir abattu un civil ukrainien de 62 ans, le 28 février dernier, qu’il avait croisé sur une route du nord-est de l’Ukraine.

Le sergent Vadim shishimarin, 21 ans, «n’est pas coupable», avait affirmé son avocat, au troisième jour du procès.

Le sergent Vadim shishimarin, 21 ans, «n’est pas coupable», avait affirmé son avocat, au troisième jour du procès.

Getty Images

Le premier soldat russe jugé pour crimes de guerre en Ukraine, Vadim shishimarin, a été condamné lundi à la prison à vie. Le jeune homme avait reconnu mercredi avoir tué, le 28 février dernier, Oleksandr Chelipov, un civil de 62 ans qui poussait son vélo tout en parlant au téléphone. «C’est la condamnation la plus sévère et toute personne sensée ferait appel», a annoncé l’avocat du jeune homme, Viktor Ovsiannikov. «Je demanderai l’annulation du verdict», a-t-il déclaré.

«Le tribunal a décidé de reconnaître shishimarin coupable et de le condamner à réclusion à vie», a déclaré le juge Serguiï Agafonov, a constaté un journaliste présent dans la salle d’audience. Il est reconnu coupable de crime de guerre et de meurtre prémédité. «Le meurtre a été commis avec une intention directe», a déclaré le juge. «shishimarin a violé les lois et coutumes de la guerre», a-t-il poursuivi.

Le soldat de 21 ans, au visage juvénile et au crâne rasé, vêtu d’un sweat-shirt gris et bleu à capuche, a écouté, seul dans un box de verre, le verdict lu en ukrainien tandis qu’une interprète le lui traduisait en russe. La veille, il avait plaidé coupable. «Je suis sincèrement désolé», avait-il dit au tribunal. «Je regrette ce que j’ai fait», avait-il précisé, avant d’ajouter: «J’étais nerveux dans cette situation. Je ne voulais pas tuer». «Je veux m’excuser pour ce que j’ai fait.»

L’avocat de l’accusé avait assuré que son client ne voulait pas exécuter l’ordre de tirer, arguant qu’il n’avait pas obéi une première fois. La défense a aussi souligné qu’il s’était rendu volontairement aux forces ukrainiennes et ne niait pas les faits. Elle avait en outre assuré que le soldat ne tentait que de sauver sa vie, rejetant la responsabilité sur ses commandants.

Il avait demandé pardon à la veuve de la victime

Selon l’accusation, Vadim shishimarin commandait une petite unité au sein d’une division de chars quand son convoi a été attaqué. Avec quatre autres militaires, il avait alors volé une voiture. Alors qu’ils circulaient près du village de Choupakhivka, dans la région de Soumy (nord-est), ils avaient croisé Oleksandr Chelipov, la victime, avant que Vadim shishimarin ne l’abatte d’une balle.

Au cours du procès, ce militaire originaire d’Irkoutsk en Sibérie, avait «demandé pardon» à la veuve de la victime, lors d’un bref échange entre les deux dans la salle d’un tribunal de Kiev, justifiant son acte par les «ordres» reçus à ce moment-là.

Avant l’audience, le Kremlin s’était déclaré «inquiet» pour le sort du citoyen russe, ajoutant ne pas pouvoir lui porter assistance sur place en raison de l’absence de représentation diplomatique. «Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas essayer par d’autres canaux. Le sort de chaque citoyen russe a pour nous une importance capitale», a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

(AFP)

Votre opinion