30.05.2012 à 06:21

WikiLeaksLe sort de Julian Assange se décide ce matin

La Cour suprême britannique doit se prononcer mercredi matin sur l'extradition vers la Suède du fondateur de WikiLeaks, qui devra répondre dans ce cas d'une accusation de viol et d’agressions sexuelles.

von
afp
Julian Assange peut décider de saisir la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg.

Julian Assange peut décider de saisir la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg.

Keystone

La Cour suprême, plus haute juridiction britannique, se prononce mercredi sur l’extradition de Julian Assange, épilogue d’une saga judiciaire de près de 18 mois au Royaume-Uni. Si elle la valide, elle ne laissera plus au créateur de WikiLeaks d’autre recours que la justice européenne.

Son sort devrait être scellé lors d’une audience express d’une dizaine de minutes qui débutera à 9h15 locales (10h15 en Suisse) à Londres.

Depuis qu’il a été arrêté en décembre 2010 à Londres et assigné à résidence en Grande-Bretagne, l’Australien a cherché par tous les moyens à échapper au mandat d’arrêt de la Suède dans une affaire de viol et d’agressions sexuelles, clamant son innocence.

Dans cette longue bataille, la Cour suprême est sa dernière carte au Royaume-Uni. Si la Cour lui donne raison, il est libre. Si elle rejette son appel, Julian Assange peut être extradé sous dix jours. Il peut aussi décider de saisir la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg.

Plusieurs juges

Au total, la Cour de Strasbourg aurait, elle, alors 14 jours pour accepter ou refuser le dossier, selon le parquet britannique. Si elle acceptait de s’en saisir, l’extradition pourrait être suspendue à la demande de Julian Assange en attendant la décision sur le fond des juges de Strasbourg.

La Cour suprême britannique, qui sera constituée mercredi pour l’occasion de sept juges au lieu des cinq habituels, a accepté d’examiner l’appel de Julian Assange au motif qu’il soulève un point «d’intérêt général».

La question est de savoir si un mandat d’arrêt européen peut être émis, non par un tribunal mais par un procureur agissant pour le compte de l’Etat suédois, en l’occurence la procureure suédoise Marianne Ny.

Accusation lancée

Un «non» à l’extradition est susceptible de remettre en question les règles du mandat d’arrêt dans plusieurs pays européens.

Julian Assange a toujours assuré que les relations sexuelles qu’il avait eues avec ses deux accusatrices en Suède étaient librement consenties. Et ses partisans clament que l’Australien est victime d’un complot, en représailles à la publication par WikiLeaks en 2010 de milliers de documents confidentiels qui avaient fait trembler Washington et la diplomatie mondiale.

Ils craignent aussi que son départ vers la Suède ne soit le prélude à une extradition ultérieure vers les Etats-Unis.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!