Divers: Le sport pleure aussi le report de Paléo
Publié

DiversLe sport pleure aussi le report de Paléo

Certains clubs de la région nyonnaise comptaient sur le festival pour remplir leurs caisses...

par
Sport-Center
Cette année, les stands de Paléo seront vides, pour le plus grand désespoir des sociétés sportives.

Cette année, les stands de Paléo seront vides, pour le plus grand désespoir des sociétés sportives.

FLORIAN CELLA/ARCHIVES

Il n’y a pas que les fans de Céline Dion et de Francis Cabrel qui pleurent aujourd’hui. Le report du Paléo Festival de Nyon d’un an a eu de fâcheuses conséquences économiques dans la région, que ce soit des commerces et le secteur hôtelier. L'addition est salée. Comme chaque année, les sociétés sportives des environs, qui tiennent un stand sur le terrain, comptaient également sur la grand raoût du mois de juillet pour remplir leurs caisses cet été. «Pour nous, c’est 10 000 à 12 000 francs de bénéfice par édition», reconnaît William Rochat, président du FC Genolier-Begnins, dans le journal «La Côte», alors que son club fournit une trentaine de bénévoles à la manifestation.

La moitié du budget

C’est aussi le cas des autres sociétés comme le Stade Nyonnais et le FC Gingins, qui perdent respectivement une entrée d’argent entre 7000 et 15 000 francs. Pour ce dernier, qui évolue en deuxième ligue, il s’agit tout de même du 10% du budget annuel. «On est forcément inquiets et c’est fort probable qu’on soit déficitaires en fin de saison, mais on est assez sains pour assumer une petite perte», a déclaré le président Benoit Goncerut dans le quotidien nyonnais, heureux d’avoir pu malgré tout organiser le loto le 7 mars. Tout le monde n'a pas eu cette chance. C’est un peu plus embêtant pour le Vélo-Club de Nyon puisque la somme qu’il devait récolter à l’Asse représente la moitié du budget annuel qui s’élève à 20000 francs. Si la perte est tout aussi considérable pour le Rugby-Club de Nyon, le Handball-Club ou le cercle des nageurs, ils n’ont pas à craindre pour leur avenir.

Une joueuse étrangère en moins?

Ce manque à gagner aura davantage de répercussions sur les effectifs de la prochaine saison de Nyon Basket Féminin et du BBC Nyon masculin. «Cela pourrait peser dans la décision de recruter ou une deux étrangères», estime Brigitte Perez, la présidente des femmes, interrogée par La Côte. «S’il n’y avait que Paléo, on pourrait gérer, mais il y a tout le reste», soupire Xavier Paredes, son homologue masculin, dans le quotidien. Déjà que le club a dû annuler son repas de soutien, il s’attend également à perdre encore des sponsors.

Mais comme le chanterait Cabrel, si le virus peut détruire tout ce qu’il lui plaira, lui, Xavier, mais aussi William, Brigitte et tous les dirigeants de clubs sportifs de la région nyonnaise, sont prêts désormais à ouvrir l’espace de leurs bras pour tout reconstruire...

Christian Maillard

Votre opinion