Actualisé

Recherche ADNLe squelette trouvé sous un parking est celui de Richard III

Les experts de l'université de Leicester sont formels: les restes exhumés sous un parking au centre de l'Angleterre sont bel et bien ceux du roi Richard III, décédé en 1485.

Richard III est décédé sur le champ de bataille en 1485, alors qu'il s'apprêtait à affronter Henri Tudor, qui renversera le royaume.

Richard III est décédé sur le champ de bataille en 1485, alors qu'il s'apprêtait à affronter Henri Tudor, qui renversera le royaume.

Keystone

La solution d'un des grands mystères de l'histoire anglaise se trouvait dans un parking: le squelette exhumé fin 2012 sous le bitume de la ville de Leicester (Centre) était bien celui de Richard III, figure sombre de la monarchie dont la dépouille avait disparu 500 ans plus tôt.

L'université de Leicester, qui a mené les investigations, a conclu lundi qu'«au-delà de tout doute raisonnable, le corps exhumé en septembre 2012 est bien celui de Richard III, dernier roi Plantagenêt d'Angleterre».

Le suspense a été entretenu jusqu'au bout et la nouvelle annoncée en grande pompe lors d'une conférence de presse a été saluée par une salve d'applaudissements.Le thriller archéologique tenait en haleine la communauté scientifique et les tabloïdes, passionnés par «le roi du parking».

Fouilles en sous-sol

Tout a commencé au mois d'août quand, munis d'un plan médiéval, les experts de l'université ont entrepris de fouiller le sous-sol d'un parc de stationnement municipal du centre-ville. Bingo: début septembre, ils ont exhumé le squelette bien conservé d'un homme, avec des indices troublants: une colonne vertébrale déformée (le roi était atteint de scoliose) et des blessures s'apparentant aux coups mortels infligés sur un champ de bataille, notamment un reste de flèche fiché entre les vertèbres.

Le corps n'était pas dans un cercueil, mais enveloppé d'un simple linceul.On savait jusqu'à présent que le monarque, à la sinistre réputation, avait péri en 1485 les armes à la main à la bataille de Bosworth Field, à proximité de Leicester.

Son corps ensanglanté avait ensuite été exhibé à dos de cheval entre le champ de bataille et la ville et enterré dans une tombe sans nom.

Dépouille perdue

Mais sa dépouille n'avait jamais été retrouvée. Certains disaient que son corps reposait dans une chapelle ou un couvent rasés depuis, d'autres qu'il avait peut-être en fait été jeté à la rivière.

Il a fallu attendre des tests ADN et la collaboration de deux descendants de la famille de Richard III, dont un menuisier londonien «abasourdi» par cette découverte, pour que cette énigme de plus de cinq siècles soit enfin résolue.

Ces tests «montrent de manière forte et convaincante qu'il s'agit bien des restes de Richard III», ont expliqué les spécialistes de l'université.

D'autant que les indices fournis par le squelette étaient aussi importants, notamment les blessures visibles sur son visage et sur son postérieur, probablement infligées à sa dépouille quand elle a été exhibée publiquement.

Deux ans de règne

Richard III n'a régné que deux ans, mais affublé d'une image d'usurpateur et de tyran sanguinaire, il reste l'un des plus monarques les plus fameux du trône d'Angleterre.

Il doit notamment cette «célébrité» au dramaturge William Shakespeare qui l'a immortalisé sous les traits d'un tyran bossu ayant fait trucider deux neveux qui lui barraient l'accès au trône, ancrant dans l'histoire sa détestable réputation.

Certains historiens espèrent que la découverte de sa dépouille sera l'occasion de porter un nouveau regard sur son règne et de faire crédit au réformateur visionnaire qu'était à leurs yeux Richard III.

Avant que le mystère ne soit élucidé, le débat est allé bon train sur le lieu propice au repos du dernier roi Plantagenêt.

Inhumation

L'université de Leicester a estimé lundi que la cathédrale de la ville serait appropriée à son rang. Auparavant, d'autres ont proposé celle d'York ou l'Abbaye de Westminster à Londres où reposent nombre de souverains.

Le Palais de Buckhingham s'est refusé à tout commentaire lundi, mais ces derniers mois, les experts auprès de la couronne ont fait valoir que la réputation de Richard III ne plaidait pas en faveur d'une inhumation dans la capitale.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!