Football – Le stade d’YB sera plein pour des «mètres en plus»
Publié

FootballLe stade d’YB sera plein pour des «mètres en plus»

Young Boys pourra compter sur un Wankdorf complètement acquis à sa cause, mercredi soir, (21h) contre Villarreal. Pour rêver d’un nouvel exploit en Ligue des champions.

par
Valentin Schnorhk
(Berne)
Mercredi, le Wankdorf sera plein. Et David Wagner attend qu’il pousse son équipe.

Mercredi, le Wankdorf sera plein. Et David Wagner attend qu’il pousse son équipe.

freshfocus

À avoir rêvé une fois, on se prend à y repenser avec le sourire. Pour son deuxième match de Ligue des champions à domicile, Young Boys se verrait bien rééditer l’exploit du premier, avec sa victoire 2-1 contre Manchester United à la mi-septembre. Un succès qui lui a ouvert le chemin des songes les plus fous. Dans ce groupe si relevé, les Bernois ont le droit de s’imaginer passer les poules ou – du moins – accrocher la troisième place synonyme d’Europa League.

Surtout s’ils devaient l’emporter mercredi. Car malgré la défaite 1-0 à l’Atalanta Bergame lors de la 2e journée, YB a l’opportunité en or de compter cinq points d’avance sur Villarreal, ce mercredi soir. Cela suggère de battre le tenant du titre de l’Europa League, certes, mais les perspectives comptables font saliver.

«C’est exactement ça: une victoire nous donnerait un avantage de cinq points, s’est marré l’entraîneur David Wagner, en conférence de presse, mardi, lorsque la remarque lui a été faite. À Bergame, un journaliste italien avait dit que notre victoire contre Manchester avait rendu le groupe encore plus compliqué. Pour nous, la situation est simplement devenue plus emballante. Nous voulons bien sûr tirer le meilleur de ce groupe, mais je ne veux pas non plus trop parler chiffres pour l’instant. Nous devons surtout produire des prestations de top niveau.»

L’appel aux fans

Pour le faire, Young Boys aura le droit à un sacré soutien. Logiquement, le Wankdorf sera plein mercredi. Et Berne est prête à vivre pour son équipe, comme elle l’a déjà fait contre Manchester. David Wagner ne voit pas la chose autrement: «Avec l’ambiance qu’il y aura de nouveau dans ce stade, et j’encourage chaque supporter à donner de son maximum, les joueurs seront poussés à faire les mètres en plus qu’ils ne seront peut-être plus capables de faire. Ils pourront se battre jusqu’au dernier centimètre. C’est ce qui avait fonctionné contre Manchester. C’est clair qu’on en aura encore besoin cette fois.»

L’Allemand, qui a fêté ses 50 ans, mardi, a ses convictions. Il est animé par peu de doutes, et pas seulement lorsqu’il s’agit d’évoquer l’atmosphère d’une partie aussi importante. Pour ce qui est du terrain aussi, l’ancien entraîneur de Huddersfield a ses certitudes. Notamment au niveau du onze qui devra faire face aux Espagnols: «Si tout le monde se lève en forme, alors je me poserai très peu de questions sur l’équipe à aligner. Pour ne pas dire aucune.» Sourire malicieux.

Depuis le début de saison, les choix de Wagner varient peu. Pas de raison que cela change pour un match aussi capital. À une seule incertitude près, vu de l’extérieur: un seul (comme contre ManU ou l’Atalanta) ou deux attaquants?

Votre opinion