Publié

Cellule néo-nazieLe suspect bernois relâché de détention préventive

L'homme arrêté en Suisse début février, en lien avec une arme utilisée par une cellule néo-nazie meurtrière en Allemagne, a été relâché après une détention provisoire.

Pistolet de type Ceska.

Pistolet de type Ceska.

Police cantonale Bernoise

Le Bernois arrêté le 7 février dans le cadre de l'affaire des meurtres commis en Allemagne par une cellule néonazie a été relâché après une détention provisoire. Il n'y a plus de risque de collusion, a estimé la justice.

La procédure et l'enquête se poursuivent, a indiqué mardi Michael Fichter, porte-parole de la police cantonale bernoise, confirmant des informations de la radio alémanique DRS. Le Bernois est soupçonné d'avoir apporté son soutien à une organisation criminelle, voire de complicité de meurtre.

Les enquêteurs tentent d'établir si ce citoyen suisse de l'Oberland bernois a remis au groupuscule extrémiste «Clandestinité nationale-socialiste» un pistolet tchèque qui a servi dans des meurtres racistes en Allemagne entre 2000 et 2007. Il s'est en effet avéré que l'arme venait de Suisse.

La police bernoise ne dispose d'aucun indice d'éventuels liens du suspect avec les milieux d'extrême droite, précise-t-elle. Le 20 janvier dernier, un autre Suisse avait été interpellé dans la même affaire.

Le trio néonazi en question avait vécu sans être inquiété à Zwickau, dans l'est de l'Allemagne. Il est soupçonné d'être responsable des meurtres de neuf migrants entre 2000 et 2006 et de celui d'une policière en 2007. En 2001 et 2004, il aurait aussi commis des attentats à l'explosif à Cologne qui ont fait 23 blessés.

Deux membres du trio se sont suicidés en automne dernier après le braquage raté d'une banque. Le troisième, une jeune femme, est en détention préventive.

(AFP)

Ton opinion