Etats-Unis: Le suspect des attentats plaide non coupable

Publié

Etats-UnisLe suspect des attentats plaide non coupable

Le suspect des attentats à la bombe perpétrés mi-septembre à New York et dans le New Jersey a plaidé non coupable jeudi depuis son lit d'hôpital.

1 / 19
Ahmad Rahimi, l'Américain d'origine afghane inspiré par Ben Laden et jugé coupable d'attentats à la bombe en septembre 2016 à Manhattan, a été condamné à la prison à perpétuité. (Mardi 13 février 2018)

Ahmad Rahimi, l'Américain d'origine afghane inspiré par Ben Laden et jugé coupable d'attentats à la bombe en septembre 2016 à Manhattan, a été condamné à la prison à perpétuité. (Mardi 13 février 2018)

Keystone
Pendant la brève audience par vidéoconférence, le suspect des attentats à la bombe a répondu d'une voix faible aux questions de la juge depuis son lit d'hôpital. Et il a plaidé non coupable. (13 octobre 2016)

Pendant la brève audience par vidéoconférence, le suspect des attentats à la bombe a répondu d'une voix faible aux questions de la juge depuis son lit d'hôpital. Et il a plaidé non coupable. (13 octobre 2016)

AFP
Ahmad Khan R. devrait comparaître devant un tribunal d'Etat du New Jersey via vidéoconférence depuis l'hôpital où il est soigné. (12 octobre 2016)

Ahmad Khan R. devrait comparaître devant un tribunal d'Etat du New Jersey via vidéoconférence depuis l'hôpital où il est soigné. (12 octobre 2016)

Keystone

L'homme a comparu pour la première fois depuis son arrestation lors de laquelle il a été grièvement blessé.

Représenté par un avocat commis d'office, il a formellement plaidé non coupable aux chefs d'accusation de tentatives de meurtre sur policiers et possession illégale d'armes à feu. Accusations toutes liées à la fusillade qui a mené à son interpellation le 19 septembre dans le New Jersey, dans laquelle deux policiers ont également été blessés.

La caution pour son éventuelle remise en liberté a été fixée à 5,2 millions de dollars, un montant qu'il a peu de chances de pouvoir réunir.

Outre ces chefs d'accusation dans le New Jersey, il est aussi inculpé au niveau fédéral d'utilisation d'armes de destruction massive, d'attaque à la bombe d'un lieu public, de destruction de biens privés et d'utilisation d'un engin de destruction pour commettre un crime violent en connexion avec les attentats.

Monosyllabes

Pendant la brève audience par vidéoconférence, le suspect a répondu d'une voix faible et uniquement par monosyllabes aux questions de la juge. Il était couvert d'un drap qui lui montait jusqu'au cou, laissant voir sa barbe épaisse. L'avocat commis d'office se tenait à ses côtés en tenue d'hôpital et gants antiseptiques bleus.

Le jeune homme est le seul suspect pour l'attentat à la bombe survenu le 17 septembre dans le quartier très animé de Chelsea, à Manhattan, qui a fait 31 blessés légers. Il est aussi soupçonné d'avoir posé, ce même week-end, d'autres bombes artisanales à New York et dans le New Jersey. Seul l'un de ces autres engins a explosé, sans faire de victime.

Après son arrestation, des notes ont été retrouvées dans lesquelles le jeune homme, qui avait effectué plusieurs voyages en Afghanistan et au Pakistan, évoquait Ben Laden et un idéologue d'Al-Qaïda, pointant des motivations djihadistes.

(ats)

Ton opinion