Suisse: Le système de conduite FIS sera en partie abandonné
Publié

SuisseLe système de conduite FIS sera en partie abandonné

Le DDPS a reconnu que les radios tactiques ne sont pas assez performantes et il amortira 125 millions de francs.

La bande passante offerte par les postes de radio tactiques est insuffisante à bord de véhicules en mouvement, a expliqué le DDPS.

La bande passante offerte par les postes de radio tactiques est insuffisante à bord de véhicules en mouvement, a expliqué le DDPS.

Keystone

Le controversé système de conduite et d'information FIS de l'armée ne pourra définitivement pas être utilisé avec des moyens de télécommunications mobiles. Les radios tactiques ne sont pas assez performantes. Le Département de la défense (DDPS) devra amortir 125 millions de francs.

L'investissement total a coûté 700 millions de francs. Le système aurait dû permettre aux hauts gradés de diriger les batailles depuis un écran d'ordinateur. Contrairement aux attentes, les différents composants ne peuvent être mis en réseau que s'ils sont connectés à un emplacement de télécommunication fixe ou semi-mobile.

En particulier, le système ne pourra donc pas être utilisé à bord de véhicules en mouvement. La bande passante offerte par les postes de radio tactiques est insuffisante, constate mardi le DDPS dans un communiqué. La quantité de données générées ne pourrait pas être transmise dans les délais impartis.

Les postes de radios militaires les plus récents n'ont pas amélioré la situation, selon le DDPS. La décision est définitive. En 2012, l'emploi du FIS avait déjà été limité, les échelons inférieurs de l'armée n'en étant pas équipés. L'armée comptait alors sur des progrès technologiques.

125 millions à amortir

Des 700 millions de francs investis depuis le lancement du projet en 2006, 125 millions devront être amortis, car des mesures préalables ont déjà été prises et que le système a déjà été partiellement mis en oeuvre pour des tests.

Pour le DDPS, cela ne remet toutefois pas en cause l'usage du système dans son ensemble. Il a prouvé son utilité lors des engagements de l'armée suisse lors du Championnat d'Europe de football en 2008 ou lors de l'inauguration du tunnel de base du Saint-Gothard en 2016.

L'acquisition du FIS ne s'est pas déroulée de manière optimale, avait déjà reconnu en 2011 l'ancien ministre de la défense Ueli Maurer. Ce système a d'ailleurs toujours été contesté au plan politique. Les commissions de politique de sécurité du Parlement avaient été informées des problèmes.

(ats)

Votre opinion