Actualisé

EmploiLe taux de chômage reste inchangé en Suisse

Il est demeuré sur un mois en février à 3,4% de la population active. Au total, 146'001 personnes étaient inscrites auprès des offices régionaux de placement, soit 2157 de moins qu'en janvier.

On est surpris en bien des chiffres de février», a déclaré ce jeudi Dominique Babey, chef par intérim de la Direction du travail du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). «La conjoncture semble moins mauvaise que prévu mais on doit rester prudent». Le SECO maintient pour l'instant un taux de 3,3% pour 2013 mais publiera ses prochaines prévisions le 18 mars.

Sur un an, le chômage augmente toutefois de 12'847 personnes ( 9,6%). Le chômage des jeunes (15-24 ans) a diminué le mois dernier de 682 personnes (-3,2%) passant à 20'525. Par rapport à février 2011, il a augmenté de 1445 personnes ( 7,6%).

L'ensemble des demandeurs d'emplois inscrits se monte à 200'495 personnes, soit 1281 de moins que le mois précédent et 13'180 ( 7,0%) de plus qu'au même mois de l'année précédente. Le nombre de places vacantes annoncées a quant à lui augmenté de 1476, passant à 16'035.

Reprise en Valais

Tout comme en janvier, Genève et de Neuchâtel affichent le taux de chômage le plus élevé de Suisse à 5,4%, et cela malgré un recul de 0,1 point dans chacun des cantons. Fribourg est le canton romand qui s'en sort le mieux, avec un taux de 3% (-0,1 point), sous la moyenne nationale de 3,4%.

Dans le canton de Vaud, le taux est resté inchangé à 5,3%. Dans le Jura, le chômage recule de 0,1 point à 3,9%. Dans celui de Berne, il reste inchangé à 2,5%. En Suisse alémanique, le chômage le plus élevé se trouve à Bâle-Ville (4%; -0,1 point). Au Tessin, le taux (5,1%) reste élevé mais recule de 0,1 point en février.

Le Valais profite du fait que les effets saisonniers s'estompent et voit son taux baisser de 0,4 point à 4,9%. «La construction a repris et l'hôtellerie-restauration s'est améliorée, comme aux Grisons (-0,2 point) d'ailleurs», a précisé Dominique Babey. La reprise dans la construction se manifeste aussi par une diminution du chômage des hommes et des jeunes.

A contrario, l'industrie métallurgique (4,7%) continue d'avoir un chômage au-dessus de la moyenne. «Les MEM (machines, équipements électriques et métaux) subissent toujours le ralentissement conjoncturel», a ajouté Dominique Babey.

Chômage partiel en baisse

En décembre 2012, dernier mois pour lequel la statistique est disponible, le chômage partiel a touché 6868 personnes, soit 2803 de moins (-28,0%) que le mois précédent. Le nombre d'entreprises ayant eu recours à des mesures de réductions de l'horaire de travail a diminué de 15,7% à 580. Les heures de travail perdues ont reculé de 39,2% à 307'033 heures.

En décembre 2011, le chômage partiel concernait 534 entreprises et 5479 personnes. Il avait entraîné la perte de 286'145 heures de travail.

(ats)

Votre opinion