Publié

Tourisme et religionLe temps n'est plus béni à Lourdes

Troisième lieu de pèlerinage catholique en terme de fréquentation au monde, les Sanctuaires de Lourdes enregistrent un déficit de plus d'un million d'euros. La baisse des offrandes à des incidences sur le budget.

Les Sanctuaires de Lourdes sont le 3e lieu de pèlerinage catholique en terme de fréquentation au monde.

Les Sanctuaires de Lourdes sont le 3e lieu de pèlerinage catholique en terme de fréquentation au monde.

LOURDES-TV

Les Sanctuaires de Lourdes, 3e lieu de pèlerinage catholique en terme de fréquentation au monde, accusent un déficit de plus d'un million d'euros, selon leur économe Thierry Castillo. Il a lancé un appel aux dons pour compenser la baisse des offrandes des pèlerins.

Dans une lettre à ses «chers amis de Lourdes», l'économe fait état d'un déficit de 1,066 million d'euros (1,29 million de francs) pour 2011. Les offrandes représentent 76,25% du budget des Sanctuaires et les appels aux dons 17,45%. Les dépenses les plus importantes sont les charges de personnel (52,84%).

Selon les Sanctuaires, la fréquentation générale a augmenté de 3,23% en 2011 par rapport à l'année précédente, pour atteindre plus de 6 millions de pèlerins (6'291'345). Mais ce chiffre cache un changement de profil des pèlerins, avec une baisse de 5% de ceux venus en groupes organisés, qui versent en s'inscrivant une participation pour le fonctionnement du site, une manne budgétaire importante.

Les Sanctuaires soulignent dans leurs statistiques une «préférence de plus en plus prononcée» pour des pèlerinages seuls ou en famille plutôt que dans des groupes organisés. Ainsi, en 2011, a été enregistrée une baisse de 10% des malades, de 8% des prêtres, de 8% des hospitaliers, des publics qui viennent en général en groupes.

Dans sa lettre, l'économe indique que «de nouvelles mesures ont été prises pour poursuivre la réduction des frais», mais «la maîtrise des dépenses ne compense pas la chute des dons».

Cet hiver, seuls les travaux «urgents et nécessaires» seront entrepris. Le projet de construction de nouvelles piscines, ces bassins dans lesquels les pèlerins s'adonnent au rituel des ablutions, avait été reporté. Par ailleurs, le personnel - quelque 450 salariés - sera réduit, a-t-on appris auprès des Sanctuaires.

(ats)

Votre opinion