Etats-Unis: Le Texas exécute un double meurtrier

Actualisé

Etats-UnisLe Texas exécute un double meurtrier

L'Etat américain a exécuté mardi un homme aux antécédents de schizophrénie condamné pour deux meurtres et accusé de deux autres.

L'homme de 61 ans doit recevoir une injection létale après avoir passé plus d'un quart de siècle dans le couloir de la mort de sa prison.

L'homme de 61 ans doit recevoir une injection létale après avoir passé plus d'un quart de siècle dans le couloir de la mort de sa prison.

DR/Photo d'illustration

L'Etat américain du Texas a exécuté mardi un homme aux antécédents de schizophrénie paranoïde, condamné pour deux meurtres et accusé de deux autres. James Bigby, un ancien mécanicien de 61 ans, a reçu une injection létale et a été déclaré décédé à 18H31 heure locale, ont annoncé les autorités pénitentiaires de l'Etat.

Dans une longue dernière déclaration, il a demandé pardon aux familles de ses victimes, a rendu hommage aux gardiens de sa prison et a remercié son avocat d'avoir respecté sa volonté de ne pas chercher à repousser l'exécution.

Le condamné a passé plus d'un quart de siècle en détention dans le couloir de la mort. Il avait été reconnu coupable d'avoir tué le jour du réveillon de Noël 1987 Michael Trekell, 26 ans, et le fils de celui-ci, âgé de seulement quatre mois.

Coup de théâtre

Bigby avait également été accusé des homicides de Calvin Crane et Frank Johnson, mais il n'avait pas été jugé pour ces meurtres. Il avait avoué à la police avoir tué ces hommes car il pensait qu'ils agissaient en concertation avec son employeur pour le débouter d'une plainte qu'il avait déposée sur un motif de droit du travail. Il n'avait su expliquer pourquoi il avait étouffé et noyé le nourrisson.

Le procès de Bigby en 1991 à Fort Worth avait été marqué par un coup de théâtre quand, profitant d'une suspension de séance, l'accusé était parvenu à s'emparer d'une arme de poing chargée qui se trouvait dans un tiroir de la salle d'audience.

Il avait alors essayé de s'enfuir en prenant en otage le juge présidant le procès, Don Leonard, mais le magistrat avait plongé vers l'accusé, parvenant à le maîtriser avec l'aide du procureur.

Le juge Leonard avait ensuite décidé de verser aux débats cette tentative de fuite, compliquant la tâche des avocats de Bigby qui ont plaidé en vain l'aliénation mentale. Le Texas arrive loin en tête des Etats américains en nombre d'exécutions.

(AFP)

Ton opinion