25.09.2020 à 12:23

GenèveLa justice réduit la peine du policier condamné pour sa vitesse

Un agent cantonal en pleine course-poursuite avait été puni pour délit de chauffard. il écope finalement de travaux d’intérêt général avec sursis.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

KEYSTONE

Un policier genevois reconnu coupable de délit de chauffard pour un excès de vitesse alors qu’il était en intervention a vu sa peine réduite. Condamné en première instance à un an de prison avec sursis, il écope finalement de travaux d’intérêt général avec sursis.

Cet arrêt rendu jeudi par la Chambre pénale d’appel et de révision et relayé ce vendredi par la Tribune de Genève satisfait l’avocat du policier, Me Romain Jordan. «La pacification du dossier des courses-poursuites est une excellente chose», relève l’avocat.

Cette affaire avait soulevé un vent de désarroi au sein des forces de l’ordre. Les faits remontent à février 2017. Le jeune policier, alors en formation, participe sirène et feu bleu enclenchés à une course-poursuite pour tenter d’intercepter des cambrioleurs. Il est flashé à 126 km/h sur un tronçon limité à 50 km/h.

Reconnu coupable de délit de chauffard, il est condamné en première instance à un an de prison avec sursis. Les juges avaient estimé que la course officielle n’avait pas pour but de sauver des vies humaines ou de poursuivre un fugitif suspecté d’avoir porté atteinte à la vie humaine.

En appel, la peine est réduite à 60 jours-amendes avec sursis. Suite à un recours au Tribunal fédéral, la justice genevoise a été amenée à rejuger l’affaire et a décidé d’atténuer la peine eu égard à la fonction du policier. Cette pondération satisfait la défense.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!