Actualisé

Massacre à Las VegasLe tireur avait des photos pédopornos dans son ordi

La police américaine révèle que les autorités enquêtent sur un deuxième suspect potentiel qui aurait participé à la tuerie qui a fait 58 victimes et des centaines de blessés.

1 / 54
Stephen Paddock, auteur du carnage de Las Vegas, 51 morts et 500 blessés, avait réservé une chambre d'hôtel à Chicago qui surplombait le festival de rock Lollapalooza, cet été, apprend-on le jeudi 5 octobre 2017.

Stephen Paddock, auteur du carnage de Las Vegas, 51 morts et 500 blessés, avait réservé une chambre d'hôtel à Chicago qui surplombait le festival de rock Lollapalooza, cet été, apprend-on le jeudi 5 octobre 2017.

AFP
Un an après le drame, Las Vegas a rendu hommage aux 58 victimes de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire récente du pays. (Mardi 2 octobre 2018)

Un an après le drame, Las Vegas a rendu hommage aux 58 victimes de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire récente du pays. (Mardi 2 octobre 2018)

AFP
Un Américain est poursuivi pour avoir vendu illégalement de puissantes munitions au tueur de Las Vegas. (Vendredi 2 février 2018)

Un Américain est poursuivi pour avoir vendu illégalement de puissantes munitions au tueur de Las Vegas. (Vendredi 2 février 2018)

AFP

La police fédérale américaine (FBI) a ouvert une enquête sur une deuxième personne qui pourrait avoir été liée au massacre de Las Vegas, la fusillade la plus meurtrière de l'histoire américaine récente, qui a fait 58 morts et des centaines de blessés.

«Le FBI a ouvert un dossier contre une personne d'intérêt au niveau fédéral», a déclaré vendredi le shérif de Las Vegas Joe Lombardo, sans plus de détails.

Il a précisé qu'il ne s'agissait pas de Marilou Danley, la compagne du meurtrier Stephen Paddock, et que cette dernière ne devrait pas faire l'objet de poursuites.

Aucun signe de radicalisation

Stephen Paddock a ouvert le feu sur un concert de musique country en plein air le 1er octobre depuis une chambre au 32e étage de l'hôtel Mandalay Bay. Il s'est suicidé avant que les policiers n'accèdent à cette suite où il s'était barricadé avec un arsenal.

«Je sais et crois qu'il n'y a eu qu'un suspect qui a tué 58 personnes et en a blessé des centaines d'autres. Toutes les preuves collectées dans ce dossier appuient cette théorie.

Il n'y avait qu'un seul tireur le 1er octobre, il n'y avait qu'un responsable et c'était Stephen Paddock», a élaboré le shérif.

Il semble ainsi minimiser l'aide dont le tireur aurait pu bénéficier de la deuxième personne sur laquelle les autorités enquêtent.

Joe Lombardo commentait un rapport policier de 80 pages publié sur le massacre, affirmant que les enquêteurs avaient suivi 2000 pistes et étudié plus de 20'000 heures de vidéos.

«Ce n'est qu'un rapport préliminaire, nous n'avons pas fini», «il ne va pas répondre à toutes les questions ni même à la plus grosse d'entre elles, pourquoi il a fait ça? », a insisté le shérif.

Il a précisé que «de nombreuses photos de pédopornographie ont été trouvées» sur l'ordinateur de Stephen Paddock mais qu'il n'a pas laissé de «notes déclarant son intention de se suicider ou de manifeste. Aucun signe de radicalisation ou d'idéologie n'a été découvert».

Il a également clarifié le bilan des victimes: «nous sommes au courant de 422 individus qui ont souffert d'une façon ou d'une autre de blessure provenant des tirs» mais en incluant ceux qui pourraient avoir été heurtés en tentant de s'échapper ou de se protéger, «au total nous avons comptabilisé 851 personnes blessées lors de la fusillade du 1er octobre».

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!