Publié

Arrestation en FranceLe tireur avait été condamné dans une célèbre affaire

L'homme soupçonné d'être l'auteur des coups de feu à Libérationet dans le quartier de la Défense, Abdelhakim Dekhar, avait été condamné à quatre ans de prison en 1998 dans l'affaire «Florence Rey-Audry Maupin».

1 / 9
Abdelhakim Dekhar avait été impliqué dans une affaire criminelle qui a traumatisé le pays. Ici, une image tirée de l'émission de France 2, «Faites entrer l'accusé»

Abdelhakim Dekhar avait été impliqué dans une affaire criminelle qui a traumatisé le pays. Ici, une image tirée de l'émission de France 2, «Faites entrer l'accusé»

France 2.
Arrêté mercredi 20 novembre 2013 et confondu par son ADN, l'auteur présumé des coups de feu au siège du quotidien Libération et dans le quartier de la Défense, Abdelhakim Dekhar, avait été reconnu coupable d'association de malfaiteurs pour avoir acheté le fusil à pompe qui avait servi à l'équipée sanglante menée par une jeune femme, Florence Rey, qui avait fait cinq morts, dont trois policiers, le 4 octobre 1994 à Paris.

Arrêté mercredi 20 novembre 2013 et confondu par son ADN, l'auteur présumé des coups de feu au siège du quotidien Libération et dans le quartier de la Défense, Abdelhakim Dekhar, avait été reconnu coupable d'association de malfaiteurs pour avoir acheté le fusil à pompe qui avait servi à l'équipée sanglante menée par une jeune femme, Florence Rey, qui avait fait cinq morts, dont trois policiers, le 4 octobre 1994 à Paris.

AFP
Le corps d'une victime recouvert le 4 octobre 1994.

Le corps d'une victime recouvert le 4 octobre 1994.

AFP

Arrêté mercredi soir et confondu par son ADN, l'auteur présumé des coups de feu au siège du quotidien Libération et dans le quartier de la Défense, Abdelhakim Dekhar, a été mêlé il y a près de vingt ans à un fait divers sanglant qui a défrayé la chronique et frappé l'opinion.

Le 4 octobre 1994, deux jeunes gens, Florence Rey et Audry Maupin, attaquent en début de soirée, fusils à pompe en mains, la préfourrière de Pantin, à l'est de Paris, où ils maîtrisent les deux gardiens et dérobent leurs armes de poing.

Des morts

A la sortie, le couple monte dans un taxi conduit par Amadou Diallo, un Guinéen, et lui ordonne sous la menace de se rendre place de la Nation. Arrivé au carrefour du boulevard de Charonne et du cours de Vincennes, le chauffeur heurte volontairement une voiture de police. Le couple ouvre le feu: Amadou Diallo ainsi que deux policiers, Laurent Gérard et Thierry Maymard, sont blessés. Ils mourront à l'hôpital.

Florence Rey et Audry Maupin prennent alors en otage un passant et montent dans sa voiture. Ils tirent sur un motard de police qui les poursuit, le blessent à la tête. La voiture des tueurs doit stopper et la fusillade reprend. Un troisième policier, Guy Jacob, est tué et un autre est blessé. Audry Maupin est abattu, Florence Rey maîtrisée.

Violence et jeunesse

L'extrême violence de leur équipée contraste avec la jeunesse de ses protagonistes et leur apparente absence de mobile. Le visage juvénile et balafré de Florence Rey, qui n'a pas vingt ans à l'époque des faits, son regard farouche et sa moue boudeuse, saisis sur une photo d'identité judiciaire, font alors le tour de France.

Les experts psychiatres décrivent cette fille de plombier et d'institutrice comme une jeune femme timide mais «d'un bon niveau intellectuel» qui aurait été «subjuguée» par son compagnon Audry Maupin, qu'elle avait connu en faculté.

Au procès qui se tient en septembre 1998 devant la cour d'assises de Paris, Abdelhakim Dekhar, dit «Toumi», est poursuivi pour «vol à main armée et participation à une association de malfaiteurs».

Fusils à pompe

Incriminé par Florence Rey, l'homme qui prétend avoir été un agent de la Sécurité militaire algérienne aurait acheté un des fusils à pompe dont se sont servis les deux jeunes gens. Il est accusé d'avoir préparé l'expédition et d'avoir fait le guet à la préfourrière de Pantin. Il nie toute participation. L'avocat général va requérir dix ans de prison contre lui. «Je n'ai rien à voir avec tout ça», dit-il alors que la cour se retire.

Les charges de «vol à main armée» ne sont pas retenues contre lui. Condamné à quatre ans de prison, Abdelhakim Dekhar, qui a purgé sa peine en détention préventive, est libéré. Florence Rey est condamnée elle à 20 ans de prison. Elle a été libérée en 2009.

Le parcours du tireur de Paris Abdelhakim Dekhar dans l'ouest parisien du vendredi matin 15 au mercredi soir 20 novembre

(ats/reu)

Ton opinion