Cyclisme: Le Tour de Romandie sur les rails malgré tout

Publié

CyclismeLe Tour de Romandie sur les rails malgré tout

Les organisateurs de la boucle romande prévue du 27 avril au 2 mai prochains font «comme si». Mais les incertitudes restent nombreuses.

par
Robin Carrel
Primoz Roglic avait fait la loi sur le dernier Tour de Romandie. C’était en 2019…

Primoz Roglic avait fait la loi sur le dernier Tour de Romandie. C’était en 2019…

AFP

Il y a un an, la question elle avait été vite répondue. La saison de cyclisme avait été mise sur pause un jour avant la fin prévue de Paris-Nice et les cyclistes avaient ensuite dû attendre le cœur de l'été pour pouvoir à nouveau exercer leur métier en mode accéléré jusqu’à la fin du Tour d’Espagne en novembre. Et en 2021? La question taraude coureurs et organisateurs.

Le nouvel exercice devait commencer aux antipodes comme d’habitude, mais les restrictions sanitaires empêchent les meilleures formations du Vieux-Continent d'aller se chauffer les mollets «Down Under». En Amérique du Sud, le Tour de San Juan a été annulé. Reste éventuellement le Moyen Orient, mais rien n'est encore très sûr.

Les équipes peuvent avoir peur de rester bloquées comme lors du dernier Tour des Emirats en 2020, alors que les rondes d'Arabie Saoudite (2-6 février) et d'Oman (9-14) ont été repoussés dans le calendrier. La saison devrait donc démarrer à l'Etoile de Bessèges (3-7 février), au Tour de la Provence (11-14 février) puis à celui d'Algarve et à la Ruta del Sol (17-21 février), avant que les choses vraiment sérieuses ne commencent sur Paris-Nice, le 7 mars prochain.

«On ne peut pas ne pas être prêts.»

Richard Chassot, patron de la boucle romande

Ensuite arrivera très vite les dates habituelles du Tour de Romandie, qui doit avoir lieu du 27 avril au 2 mai cette année. «Et on y travaille à fond, assure Richard Chassot, le patron de l'épreuve. Toutes mes équipes sont à temps plein sur le dossier. On devrait communiquer d'ici à la fin du mois de janvier tout ce qui est villes étapes, parcours, etc...»

Reste qu'il est impossible de savoir où en sera le monde «normal» et celui du vélo dans trois mois et demi. «On essaie actuellement de finaliser quelques partenariats, parce qu'il nous en manque un peu, indique le Fribourgeois. Mais il y a encore de grandes incertitudes... Quand va commencer la saison? Avec quelles courses?»

La question du plateau devrait quant à elle être assez vite réglée. Les équipes et les coureurs sont demandeurs, vu la maigreur des épreuves actuellement certaines d'être lancées. Le Tour de Romandie, lui, «fait somme si», tout en restant forcément dépendant des autorités sanitaires. «On bosse normalement. On ne peut pas ne pas être prêts», assure Chassot.

Mais comme un patron de course averti en vaut deux, «on a aussi, forcément, deux ou trois scénarios sous le coude au cas où. On pense aussi au cas d'un éventuel report. C'est toutefois compliqué au niveau des dates pour les villes, pour le calendrier UCI, pour la production TV... Ce qui est sûr, c'est qu'on pourrait tout de même livrer quelque chose de qualité même en cas de huis clos. Sauf pour ce qui est de la fête populaire, qui est quand même l'ADN de notre épreuve...»

Ton opinion

1 commentaire