«Brexit»: Le Trésor met en garde contre une récession
Publié

«Brexit»Le Trésor met en garde contre une récession

Le ministère britannique des finances parle de «choc violent» en cas de Brexit.

George Osborne, le ministre britannique des Finances, en avril 2016.

George Osborne, le ministre britannique des Finances, en avril 2016.

AFP

Quitter l'Union européenne provoquerait «des années de récession» en Grande-Bretagne, a mis en garde lundi le ministre britannique des Finances George Osborne, alors que la campagne s'enflamme à un mois du référendum sur un éventuel «Brexit».

Selon une étude présentée par le Trésor britannique, quitter l'Union européenne provoquerait un «choc immédiat et violent» à la Grande-Bretagne et affecterait sa croissance économique.

«A exactement un mois du référendum (du 23 juin), le peuple britannique doit se poser cette question: pouvons-nous en connaissance de cause voter pour une récession» ? demande George Osborne dans un commentaire accompagnant la publication du Trésor.

Alerte générale

L'analyse prévoit deux scénarios si les électeurs choisissaient le Brexit: un «scénario choc» qui verrait le produit national brut perdre 3,6% par rapport à sa prévision à deux ans, et un «scénario de choc violent» où la perte serait de 6%. George Osborne et le Premier ministre David Cameron ont multiplié les sombres prédictions sur les conséquences qu'auraient selon eux un Brexit.

Les grandes institutions nationales et internationales ont décrété l'alerte générale et multiplient les mises en garde contre un Brexit.

La Banque d'Angleterre évoque la possibilité d'une «récession technique». Le FMI prévient d'un «risque important pour l'économie mondiale». Les grands argentiers du G7 craignent un «choc».

Avance du maintien

Mais Iain Duncan Smith, un haut responsable du parti conservateur de David Cameron, a estimé que l'analyse du Trésor n'était «pas une étude honnête, (...) mais orientée».

Selon des sondages d'opinion concordants, le camp des partisans du maintien dans l'UE devrait remporter le référendum.

(AFP)

Votre opinion