Interviews: Le trio étoilé de toute une génération

Publié

InterviewsLe trio étoilé de toute une génération

Ils vous ont fait vibrer il y a plus de trente ans dans la première trilogie «Star Wars». Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford sont de retour dans l'Episode VII, dès le 16 décembre au cinéma.

par
Henry Arnaud
Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford en 1977, dans «Star Wars - un nouvel espoir».

Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford en 1977, dans «Star Wars - un nouvel espoir».

Corbis

Mark Hamill Qu'avez-vous pensé lorsque l'on vous a proposé de reprendre le rôle de Luke Skywalker plusieurs décennies après?

J'ai été enthousiaste. Ma carrière ne serait rien sans ces films et sans les amoureux de la saga. Je suis conscient de ce que je dois à George Lucas.

George Lucas a été remplacé par J.J. Abrams pour relancer la saga. Quelle a été votre réaction en apprenant cela?

JJ a levé tous les doutes que j'aurais pu avoir car il est un grand réalisateur, mais surtout un fan des films précédents. Il connaissait tellement de détails sur «Star Wars» que j'ai adoré son approche du scénario.

A ce sujet, comment résumer l'intrigue du «Réveil de la Force»?

Le moins je vous en dis… (Rires.) Nous avons reçu des recommandations strictes pour garder le silence. Le film se concentre autour d'une nouvelle génération de méchants et de héros. Mais c'est merveilleux qu'une demi-douzaine d'acteurs de la saga originale sont aussi au générique.

Que devient Luke Skywalker dans ce nouveau chapitre?

Je suis assez vieux pour jouer le grand-père de Luke à l'âge du premier «Star Wars»! Mais je trouve que c'est une bonne chose que les spectateurs voient l'évolution du personnage. Cela donne de la perspective à la totalité de la saga. En fait, les anciens sont là pour donner davantage de réalisme à toute l'épopée et apporter des repères sur l'anthologie.

Votre carrière a eu des hauts et des bas de Hollywood après «Star Wars»…

Lorsque je n'apparais pas à l'écran, c'est parce que je prête ma voix à des séries de dessins animés tels «Transformers» ou «Batman». J'ai aussi une longue carrière dans les jeux vidéo et j'adore cette diversité. Ma carrière ne s'est jamais arrêtée, même si elle n'a pas suivi la trajectoire de ce bon Harrison Ford.

Comment se sont passées les retrouvailles avec Harrison Ford et Carrie Fisher?

A nos âges, c'est du pur bonheur et c'est inespéré de nous retrouver autant d'années plus tard. Notre complicité est intacte comme si nous n'avions jamais arrêté de nous donner la réplique. 

Carrie Fisher

La folie «Star Wars» qui entoure la sortie de l'Episode VII vous touche-t-elle?

Bien sûr. «Star Wars» me suit depuis presque quarante ans! J'avais même raconté mes souvenirs sur le tournage de la première trilogie dans mes livres. Dans les années 1970 et 1980, j'écrivais un journal intime quotidien où je notais tout ce qui se passait dans ma vie. J'ai tout réécrit sous la forme d'une autobiographie, «The Best Awful».

Quels sont vos meilleurs souvenirs?

J'adorais tourner avec Harrison Ford et plus particulièrement les scènes où nous devions nous engueuler. Nous avions aussi beaucoup de fous rires. Il me fascinait à l'époque et il méritait totalement de devenir l'une des plus grandes stars de Hollywood. Aujourd'hui, je suis encore régulièrement abordée dans la rue par des inconnus qui me reconnaissent. J'ai pourtant beaucoup changé depuis 1983, non? Cela m'amuse que l'on m'appelle Leia plutôt que Carrie. Même mes copains m'ont surnommée «Princesse» pour se moquer.

Est-il exact que vous détestiez votre coiffure, le double chignon?

Je la trouvais totalement ridicule, mais j'avais bien trop peur de George Lucas pour dire quoi que ce soit. Je ne voulais pas me faire virer et perdre mon boulot!

Vous avez été la première à vous parodier dans certains films en reprenant l'apparence de Leia. Est-ce un jeu?

Il y a des milliers de fans qui se déguisent en Leia ou Skywalker. Alors pourquoi pas moi? J'ai appris la dérision par ma mère (ndlr: l'actrice Debbie Reynolds) qui ne s'est jamais prise au sérieux dans sa longue carrière. Savoir rire de soi est le meilleur moyen de ne pas attraper la grosse tête à Hollywood.

Y a-t-il un syndrome «Star Wars» qui vous a emprisonné dans le rôle de Leia?

On peut dire la même chose de tous les acteurs qui ont eu la chance d'avoir un film culte dans leur carrière. Je n'ai jamais voulu renier «Star Wars». Harrison Ford est la preuve que l'on peut faire autre chose. Je suis certaine que Nathalie Portman n'a pas eu le même problème que moi. Elle était connue avant d'être la Princesse Amidala et elle a tout fait pour ne pas être emprisonnée dans cette trilogie. Je l'aime beaucoup. 

Harrison Ford

Quelle a été votre réaction quand J.J. Abrams vous a proposé de revenir dans «Star Wars»?

Je me savais entre de bonnes mains car JJ a la force de caractère, le savoir-faire et l'ambition d'un vrai metteur en scène de science-fiction. Et il m'a prouvé sur le plateau son grand talent. Le scénario m'a séduit dès le départ car il a été signé par l'un des auteurs qui est à l'origine de «Star Wars», Lawrence Kasdan.

Que peuvent espérer les fans de ce film?

Ne me demandez pas de détails sur l'intrigue, mais les fans peuvent s'attendre à un grand spectacle. L'équipe d'acteurs est formidable et nous avons tous pris un vrai plaisir dans cette aventure.

Quels conseils avez-vous donné aux jeunes comédiens de l'Episode VII?

C'est déjà trop tard pour leur donner des conseils. La vie telle qu'ils la connaissent ne sera plus jamais la même. En signant, ils ont pris un billet pour le plus beau voyage de leur carrière mais aussi le plus effrayant car c'est un saut dans l'inconnu.

Quels sont vos souvenirs du jour où Han Solo a changé votre existence?

J'ai connu un mélange permanent de sentiments. D'un côté, j'étais heureux, avec des offres de travail comme je n'en avais jamais eu. De l'autre, je n'arrivais pas à comprendre ce qui m'était tombé sur la tête. Et puis il y a aussi cet ajustement auquel personne ne peut se préparer, non seulement sortir de l'anonymat mais surtout avoir tous les yeux qui se tournent vers vous. Il m'a fallu des années pour être en paix avec cette attention que l'on portait à ma vie privée.

Vous dites aussi préférer Indiana Jones à Han Solo…

Han Solo a une grande place dans ma vie. Mais disons qu'Indy a toujours été un personnage plus complexe et donc plus intéressant à incarner. Il était aussi beaucoup plus fun. 

Ton opinion