Hockey sur glace - Le truc avec les grands joueurs
Publié

Hockey sur glaceLe truc avec les grands joueurs

Lausanne a remporté l’acte I des quarts de finale grâce à un tour de magie de Denis Malgin en prolongation (3-2). La soirée n’a pourtant pas été facile pour le top scorer du LHC, surveillé de très près par les Zurich Lions.

par
Cyrill Pasche, Lausanne

C’était un match compliqué pour Denis Malgin. Des coups de canne et de coude, des croche-pattes, des checks, du trash talk. Le topscorer du LHC a eu droit à un traitement de faveur de la part des Zurich Lions, qui évidemment avaient identifié la source de danger principale du camp lausannois.

Les highlights du match Lausanne HC – ZSC Lions.

MySports

S’il lit les journaux – ou si quelqu’un de son entourage a bien voulu lui souffler les dernières nouvelles –, alors la journée du top scorer a dû commencer de façon assez étrange. Cité dans la NZZ, son patron actuel et ancien agent en NHL, Petr Svoboda affirmait sans sourciller que le joyau du Lausanne Hockey Club était déjà sous contrat avec le club vaudois la saison prochaine et que, en vertu du règlement nouvellement en vigueur, le LHC pourrait ainsi aligner cinq renforts étrangers lors du prochain championnat si Malgin retournait gagner sa vie en Amérique du Nord à l’automne prochain. Avant de se rétracter quelques heures plus tard après vérification du quotidien 24 Heures

Ou comment lancer une série de play-off sur un «malentendu» et une sacré boulette.

Sur la glace en soirée, les adversaires zurichois n’ont sans doute pas manqué l’occasion de lui rappeler cet épisode, entre deux coups de coude et un coup de canne. L’intimidation: de bonne guerre en play-off.

Un lapin sort de son chapeau

Le joueur majeur du LHC a clairement été la cible des Lions zurichois. Comme lorsque Marco Pedretti a laissé traîner son genou (17e, pénalité mineure) après un dribble de Malgin en zone neutre. Ou lorsque le rugueux Phil Baltisberger est venu empoigner le top scorer du LHC dans l’arrondi (26e, pas de pénalité), pendant une interruption de jeu et sans que grand monde dans le camp lausannois, étonnamment, ne bronche ou ne vienne prendre sa défense. Le LHC devra d’ailleurs davantage se serrer les coudes lors des prochains actes de la série.

Les quatre tirs de Denis Malgin lors de l’acte I: en vert, le but gagnant de la 67e inscrit depuis le slot. 

Les quatre tirs de Denis Malgin lors de l’acte I: en vert, le but gagnant de la 67e inscrit depuis le slot.

Denis Malgin a été pris en étau durant toute la soirée et a difficilement trouvé les espaces qui lui permettent de s’exprimer. Sauf que le truc, avec les joueurs hypertalentueux et souvent géniaux, c’est qu’ils finissent tout de même par trouver une solution aux problèmes auxquels ils sont confrontés.

Le quatrième tir de la soirée de Malgin aura ainsi été le bon, et autant dire qu’il est tombé au meilleur moment: après six minutes et 32 secondes de jeu dans le temps additionnel. Lausanne 1, Zurich 0, malgré la nette domination territoriale du ZSC lors de ce premier acte de la série.

Pour battre le «Z» contre le cours du jeu et des événements, le LHC aura toutefois eu besoin d’un éclair de génie (l’accélération pour s’offrir de l’espace) et d’un tour de magie (la feinte pour compromettre le défenseur, la patience pour déstabiliser le gardien Ludovic Waeber, le tir du poignet dans la lucarne pour conclure) de Denis Malgin dans le «money time».

Le truc avec les grands joueurs, c’est qu’ils savent choisir leur moment pour briller. Même lorsque la journée a mal commencé et que la soirée a été compliquée.

Pour les détails du match, cliquez ici.

Votre opinion