09.12.2016 à 18:08

GenèveLe tueur de retraités échappe à la prison à vie

Le Roumain de 39 ans a écopé vendredi de 20 ans de prison pour avoir assassiné un couple de sexagénaires en 2012.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Le trentenaire qui avait sauvagement tué un couple de retraités à leur domicile en 2012 a été reconnu coupable vendredi d'assassinat par le Tribunal criminel de Genève. Il a été condamné à vingt ans de prison. Le Ministère public avait requis la perpétuité.

Les juges ont souligné l'extrême gravité des actes commis par le prévenu. Les deux victimes, un retraité de 66 ans et sa femme de 64 ans, se sont vus mourir. Le tribunal a cependant retenu que l'accusé n'avait pas prémédité ses actes et que sa responsabilité était légèrement restreinte, car il avait bu de l'alcool le soir des faits.

Ce double assassinat s'est déroulé avec comme arrière-fond le milieu de la prostitution masculine. Le retraité avait l'habitude d'aller dans un parc genevois pour trouver de jeunes hommes qu'il ramenait chez lui. L'accusé, qui n'est pas homosexuel, mais qui à l'époque errait à la recherche d'un emploi, l'y a rencontré.

Situation misérable

Le prévenu s'est rendu au domicile du sexagénaire dans l'espoir de trouver du travail, et conscient qu'il devait aussi se laisser prodiguer une fellation par son hôte, payée 50 francs. Selon les juges, la victime n'a pas profité de l'accusé. Ils ont néanmoins admis que la situation était «misérable».

Le tribunal a été convaincu que le prévenu a ressenti du dégoût face à cet acte et un sentiment d'humiliation lorsque le retraité l'a traité d'impuissant et a refusé de le payer. L'accusé s'est retrouvé dans un «état émotionnel particulier», insuffisant cependant pour expliquer la violence dont il s'est rendu coupable par la suite.

Il a étranglé avec son bras le retraité pendant au moins trois minutes, jusqu'à ce qu'il rende son dernier souffle. Il s'est ensuite déchaîné sur l'épouse du sexagénaire, qui revenait d'un cours de gymnastique. La malheureuse a été frappée, puis étranglée. Le prévenu l'a achevée en serrant une lanière autour de son cou.

Cadavre dénudé

Il a infligé à cette femme «une grande souffrance». Il a ensuite dénudé sa victime, pour se venger et l'humilier. Puis il s'est lancé dans une fouille minutieuse de l'appartement du couple pour y voler ce qu'il y avait à voler. Il a même arraché le collier que portait la retraitée et lui a pris son alliance.

Le Tribunal criminel de Genève n'a trouvé aucune circonstance atténuante à l'accusé. Ce dernier aurait pu quitter les lieux à tout moment, mais il ne l'a pas fait et n'a pas hésité à tuer la sexagénaire de sang-froid. Son comportement après les meurtres dénote chez lui «le plus total mépris de la vie».

Les juges n'ont pas retenu le passé difficile du prévenu et sa période d'errance lors des faits. L'homme était dans une situation précaire, mais qui n'était pas de nature à expliquer le double assassinat qu'il a perpétré, en s'attaquant de surcroît à des personnes plus âgées que lui avec «une violence inouïe».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!