Publié

Coronavirus en SuisseLe vaccin attendu au début de l’année prochaine

Les premières doses devraient être disponibles dès 2021. Berne n’entend cependant faire «aucune concession» quant à la qualité, à la sécurité et à l’efficacité des produits.

Lukas Engelberger et Alain Berset se sont exprimés devant la presse jeudi. Ils visent à rendre la vaccination gratuite.

Lukas Engelberger et Alain Berset se sont exprimés devant la presse jeudi. Ils visent à rendre la vaccination gratuite.

KEYSTONE

La Suisse devrait recevoir les premières doses de vaccin contre le coronavirus au tout début 2021, a annoncé jeudi Alain Berset. «Nous sommes bien positionnés», mais il faudra attendre le printemps pour avoir de gros volumes, a nuancé le ministre de la santé.

La Confédération a identifié les produits qui seront le plus rapidement sur le marché et qui seront les plus efficaces, a-t-il dit devant la presse à Berne à l’issue d’une vidéoconférence avec les ministres cantonaux de la santé. Plusieurs produits sont en cours d’évaluation par Swissmedic.

Berne n’entend faire «aucune concession» quant à la qualité, à la sécurité et à l’efficacité des vaccins, a-t-il souligné. Il n’y aura pas d’autorisation d’urgence. Dès que les produits auront obtenu les autorisations nécessaires, les vaccinations débuteront.

Il s’agit du «plus grand défi logistique de tous les temps» dans le domaine de la santé, a souligné le Fribourgeois. Les cantons devront veiller à ce que la population puisse être vaccinée le plus rapidement possible.

Objectif: la gratuité

Selon Alain Berset, l’objectif est de rendre la vaccination gratuite. Il est prévu que la Conféderation prenne en charge «une part importante» des frais, les assurances maladie et les cantons une autre part. Il ne faut pas que les citoyens rencontrent des obstacles financiers, a renchéri le président de la Conférence des directeurs de la santé, Lukas Engelberger.

En revanche, il n’est pas prévu de rendre la vaccination obligatoire. M. Engelberger estime que les gens accepteront de se faire vacciner lorsque le produit sera disponible. Cela dépend de la crédibilité du vaccin et de la confiance que l’on peut placer en lui.

La Confédération a déjà signé des contrats avec les sociétés Moderna et Astrazeneca. Une «réservation contraignante» a été conclue pour le vaccin de Pfizer et Biontech et le contrat est en phase de finalisation, a précisé Nora Kronig, responsable de la division internationale à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)

Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que tous les problèmes soient réglés immédiatement. La distribution des vaccins s’étalera dans le temps, a-t-elle précisé.

Les gros volumes ne sont pas attendus avant le printemps, selon Alain Berset. Pour lui, la Suisse devra «se sortir de l’hiver avec ses propres forces», c’est-à-dire en respectant les règles en vigueur actuellement.

(ats/nxp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
42 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Implacable

27.11.2020 à 13:50

En ce qui me concerne, ce sera oui au vaccin, je le ferai dès que possible.........et si je meurs, vous saurez que ce n'était pas un bon plan

Rico1er

27.11.2020 à 13:18

La Confédération patine dans le yaourt depuis février et on devrait leur faire confiance, laissez moi rire !

Réflexion

27.11.2020 à 11:19

En tout cas les participants à l'émission Infrarouge de la RTS du 25.11.20 n'étaient pas franchement pour le vaccin tel quel. Dans le doute abstiens-toi...