Coronavirus Le vaccin Pfizer a sauvé 110 000 vies en 2021 aux Etats-Unis
Publié

CoronavirusLe vaccin Pfizer a sauvé 110 000 vies en 2021 aux États-Unis

L’injection, la plus répandue dans le pays, a en outre prévenu 700 000 hospitalisations et près de 9 millions de cas symptomatiques en une année.

par
Michel Pralong
60% des personnes entièrement vaccinées aux États-Unis ont reçu le produit de Pfizer.

60% des personnes entièrement vaccinées aux États-Unis ont reçu le produit de Pfizer.

Getty Images via AFP

Tout fabricant de vaccin est désireux de connaître son efficacité réelle. C’est ainsi que Pfizer a financé une étude aux États-Unis pour connaître les performances de son produit contre le coronavirus. Les scientifiques qui l’ont menée travaillent chez Pfizer ou en émargent, mais ils se sont basés sur des données publiques, consultables par tous pour mener leur analyse.

Publiée dans le «Journal of Medical Economy» le 15 mai dernier, l’étude montre que, rien que pour l’année 2021, le vaccin Pfizer aurait permis de sauver 110 000 vies, évité 690 000 hospitalisations ainsi que 8,7 millions de cas symptomatiques. Le vaccin de Pfizer est le plus utilisé aux États-Unis, 60% des personnes entièrement vaccinées l’ayant reçu, selon ZME Science.

Pour estimer par exemple le nombre de décès évités, les chercheurs se sont basés notamment sur la surmortalité observée depuis le début de la pandémie ainsi que celle constatée parmi les personnes non vaccinées.

Gros impact économique

Il y a donc eu des effets bénéfiques indéniables sur la santé, ainsi que des incidences financières. L’étude a en effet également estimé qu’en 2021, le vaccin a permis d’économiser 30,4 milliards de soins médicaux et 43,7 milliards de pertes de productivité.

Les États-Unis ont franchi récemment la barre du million de morts dus au Covid. Cela aurait donc pu être encore pire, selon cette étude, qui estime que les effets bénéfiques du vaccin sont peut-être même minimisés, puisqu’il a également contribué, du moins avant Omicron, a diminué la transmission du virus. Les chercheurs précisent que leurs conclusions ne s’appliquent qu’au vaccin Pfizer et ne concernent pas non plus le variant Omicron qui s’est répandu aux États-Unis surtout après la période d’étude.

Votre opinion

39 commentaires