11.03.2020 à 20:35

Le Valais donne des garanties financières

Coronavirus

Les autorités ont assuré que les subventions étatiques et paraétatiques promises par le canton seront versées, que les manifestations se déroulent ou non.

Le conseiller d'Etat en charge du Département de la sécurité, des institutions et du sport, Frédéric Favre, a rassuré les organisateurs de manifestations.

Le conseiller d'Etat en charge du Département de la sécurité, des institutions et du sport, Frédéric Favre, a rassuré les organisateurs de manifestations.

Keystone

Les autorités valaisannes ont voulu rassurer les organisateurs de manifestations sportives dans le canton. A l'occasion d'une rencontre, ce mercredi à Sierre, elles ont donné quelques garanties en matière financière.

Comme il l'avait préalablement annoncé, le conseiller d'Etat en charge du Département de la sécurité, des institutions et du sport, Frédéric Favre, a confirmé que toutes les subventions étatiques et paraétatiques promises par le canton seront versées, que les manifestations se déroulent ou non.

Concernant les dons de la Loterie romande, le cas n'a pas encore été tranché. Les clubs dits professionnels peuvent quant à eux bénéficier du chômage technique.

Eviter la psychose

Bien qu'il ne minimise pas les risques, le conseiller d'Etat s'est montré clair, à l'instar de son collègue vaudois Philippe Leuba la semaine dernière: «N'allons pas non plus plus loin, pour éviter de créer une psychose».

Selon l'avocat Vincent Jäggi, spécialiste en droit du sport, un organisateur de manifestation ne sera pas considéré comme civilement coupable si un spectateur, un sportif ou un membre du staff devaient tomber malade.

La responsabilité de se prémunir du coronavirus incombe en effet à chaque citoyen, en tenant compte des recommandations de la Confédération. A contrario, selon l'homme de loi, chaque club ou organisateur devra communiquer d'une manière infaillible.

Selon Me Jäggi, «il est impossible d'annuler une manifestation, puisque la notion d'annulation pour cause de force majeure n'est pas atteinte».

Centaines d'analyses de risques

«Il faut donc tout mettre en œuvre pour que votre manifestation ait lieu», a ajouté Grégoire Jirillo, le chef de l'office du sport et président du Fonds du sport valaisan. A moins, bien sûr, que les critères fixés par les pouvoirs publics l'empêchent.

Le médecin cantonal Christian Ambord a rappelé les chiffres connus du coronavirus, soit à mercredi midi, 645 cas en Suisse, dont 22 en Valais.

Rien que dans le domaine du sport, l'Organisation cantonale valaisanne des secours (OCVS) a effectué quelque 750 analyses de risque depuis une semaine en Valais, a indiqué son directeur, Jean-Marc Bellagamba. Deux cents autres dossiers sont en cours de traitement. Dans seulement dix cas, le préavis a été négatif selon les normes de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et deux ont été annulées.

Manifestations annulées

Entre mars et septembre 2020, 43 compétitions populaires et au minimum de niveau supra-cantonal sont prévues en Valais. Parmi celles-ci, seules quatre auront lieu en indoor. Treize sont liées au ski, quatorze à la course pied et cinq au cyclisme, notamment.

Les organisateurs de la Patrouille de la Maya (ski-alpinisme), de la Kid's Cup à Martigny et de la Course du Soleil de Sierre (athlétisme), du tournoi international d'escrime de Sion et de la finale de la coupe du monde de télémark ont d'ores et déjà annulé leurs rendez-vous. Une autre manifestation - encore inconnue - a choisi de figurer sur cette liste.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!