Omnisports: Le Vietnam et l’olympisme
Publié

OmnisportsLe Vietnam et l’olympisme

La chronique de Fanny Smith, spécialiste du skicross, à découvrir dans «Le Matin Dimanche».

par
Fanny Smith
Sébastien Anex

Je vous écris depuis le Vietnam, que je découvre pendant mes vacances. Ici, quelque chose m’a tout de suite frappée. Tout ce que je rencontre est enrichissant, la culture, les gens… C’est un peuple formidable, souriant, qui sort, qui fait la fête en communauté, qui vit très bien avec peu. Ce pays a pourtant des siècles de guerre derrière lui. Les derniers bombardements remontent à une trentaine d’années. Malgré ça, on ressent partout une atmosphère joyeuse, pas un seul mauvais regard. Les gens apprécient le moindre petit bonheur. Ça me fait office de piqûre de rappel: on oublie parfois d’apprécier les choses simples de la vie. Les Vietnamiens chantent, dansent, jouent. Ils sont sans complexe. Dès qu’un touriste prononce un mot dans leur langue, ça aussi, ça les rend heureux.

Durant mon séjour, j’ai rencontré à Hanoi le vice-président du Comité national olympique vietnamien, qui occupe aussi cette fonction au niveau asiatique. Et dans la discussion, j’ai été surprise de constater que le fait de penser à des JO dans nos montagnes le faisait rêver. Lui aussi est un bon vivant. Il était le premier à chanter ce soir-là, car ici, le karaoké, c’est sacré. Pour lui comme pour les gens de ce pays, ce qui compte d’abord, c’est le partage. Alors il est émerveillé par le bon côté des JO, sans penser en premier lieu aux côtés négatifs qui pourraient exister. C’est un peuple qui vit pleinement chaque instant de la vie, qui a envie d’avancer, d’aller au fond des choses.

Encore une façon de vivre plus intensément le moment

Alors, je fais naturellement le parallèle entre ce que je vis ici et ce que seraient des JO en Suisse en 2026: un lieu de rassemblement de valeurs concrètes d’unité, de partage, de fête. Le Vietnam a vraiment attiré mon attention à ce sujet, car tout fonctionne même si l’on mélange les gens de tous âges, de toutes ethnies – je crois qu’il y en a 54 au Vietnam –, ou les différentes religions. Il y a quelques jours, j’ai assisté au concert d’une gagnante du concours national de «The Voice». Il y avait des milliers de personnes et pourtant aucun service de sécurité! Et tout s’est bien passé.

Une autre anecdote: lors des repas, tu ne fais pas seulement une fois «santé» avant de boire ton verre. Tu le fais plusieurs fois, presque à chaque gorgée! Encore une façon de vivre plus intensément le moment, de partager plus en profondeur entre convives. J’en ai vite pris l’habitude.

Je me dis qu’avec cet état d’esprit positif, on pourrait peut-être aborder la question olympique différemment, en allant à l’essentiel: permettre aux jeunes de rêver, sortir du virtuel des réseaux, vivre un projet concret, un magnifique objectif commun à tous. Ce serait un message fort. Pour ma part, j’ai confiance dans notre savoir-faire. Et s’il y a bien un pays capable de réaliser des JO à taille humaine, c’est la Suisse. Alors, n’ayons pas peur et osons. C’est ça les Jeux olympiques. Et ces valeurs-là se ressentent même au Vietnam.

Votre opinion