Paris: Le voleur et les quarante mamies
Publié

ParisLe voleur et les quarante mamies

Un homme ciblait les femmes âgées et leur subtilisait carte bancaire et code personnel, avant d'aller tranquillement effectuer des retraits.

www.credit-agricole.fr

Un homme de 30 ans, qui se faisait passer pour un agent des eaux pour voler des personnes âgées à leur domicile à Paris, a été écroué jeudi, a-t-on appris mardi de source policière.

Au total, quarante femmes âgées de 72 à 98 ans ont déposé plainte contre ce voleur, qui sévissait depuis janvier 2014 dans la capitale française et plus particulièrement dans l'Est parisien. Les enquêteurs du 2e District de police judiciaire (DPJ), chargés des investigations, ont estimé le préjudice à 70'000 euros (environ 77'500 fr.).

L'homme, en cavale après avoir été condamné pour des vols par ruse en région parisienne, agissait toujours selon le même mode opératoire. Il repérait ses victimes, récupérait le code de sécurité donnant accès à leur immeuble, avant de frapper à leur porte en se faisant passer pour un agent des eaux.

Ensuite, il demandait le paiement par carte bancaire d'une somme modique pour une prestation fictive. Grâce à un faux terminal, il récupérait le code de la carte, tout en invitant la victime à ne pas le lui donner, pour gagner sa confiance.

Avant de partir, il trouvait un faux prétexte pour éloigner la victime et en profitait pour subtiliser la carte de sa victime.

Repéré lors de retraits d'argent

Les enquêteurs ont réussi à identifier le voleur grâce à l'exploitation des images de vidéo-surveillance des banques où il effectuait les retraits avec les cartes bancaires volées.

La cellule opérationnelle de rapprochement et d'analyse des infractions liées a également permis de faire le lien entre plusieurs vols par ruse, jusque-là non élucidés.

La police renouvelle ses conseils aux personnes vulnérables: «Il ne faut pas laisser entrer chez soi un inconnu qui n'est pas attendu et, en aucun cas, on ne paye par carte bancaire», résume le commissaire Christophe Pinot, chef du 2e DPJ.

(AFP)

Votre opinion