Suisse: Le WWF veut que VW filtre les fumées des cimenteries
Publié

SuisseLe WWF veut que VW filtre les fumées des cimenteries

L'organisation de protection de l'environnement estime que les compensations financières ne sont pas suffisantes dans le scandale Volkswagen.

1 / 150
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Keystone
Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Keystone

Le WWF propose que le constructeur allemand s'engage à filtrer les fumées des cimenteries en Suisse.

«En investissant en conséquence, VW serait ainsi en mesure de compenser les émissions supplémentaires illégales de ses véhicules», a écrit vendredi le WWF dans un communiqué, faisant référence au logiciel capable de truquer les tests antipollution mesurant les oxydes azote.

Selon les calculs du WWF, les véhicules du groupe Volkswagen concernés vont émettre chaque année en Suisse «1600 tonnes d'oxydes d'azote de plus qu'ils ne le devraient». L'idée consiste à compenser ailleurs ces émissions. Et plus particulièrement auprès des cimenteries, «les plus grandes sources individuelles d'oxydes d'azote en Suisse», a relevé le WWF. Une sanction ancrée dans la loi

Pour l'organisation, dont l'antenne suisse est basée à Lausanne, les amendes que devra payer Volkswagen ne sont pas suffisantes. «Ce sont avant tout les individus et l'environnement qui doivent être dédommagés, ce qui ne peut avoir lieu que par le biais d'une compensation réelle», a estimé Elmar Grosse Ruse, spécialiste du climat au WWF, cité dans le communiqué.

Le WWF a également appelé le monde politique à agir, exigeant que les fraudes sur les gaz d'échappement devaient «devenir une sanction obligatoire ancrée dans la loi». Jugeant les tests antipollution peu fiables, les défenseurs de l'environnement ont ajouté que ces tests devaient «enfin donner une image réaliste des polluants rejetés.»

(ats)

Votre opinion