Porto Rico: Légaliser le cannabis pour renflouer les caisses
Publié

Porto RicoLégaliser le cannabis pour renflouer les caisses

Le gouverneur entend éponger un peu la dette de ce territoire américain en autorisant l'usage médical du cannabis.

Image prétexte

Image prétexte

Keystone

L'île en faillite de Porto Rico compte sur la légalisation de la consommation de cannabis à usage médicinal pour renflouer ses comptes publics. Le gouverneur de ce territoire américain espère engranger quelque 50 millions de dollars de recettes chaque mois.

Après un débat houleux à l'assemblée législative de l'île caribéenne, le jeune gouverneur Ricardo Rossello a signé dimanche une loi permettant aux patients souffrant de cancer, fibromyalgie et d'autres pathologies de ne pas être poursuivis s'ils détiennent du cannabis ou des produits dérivés.

«Nous avons travaillé afin de créer un cadre légal efficace pour les patients et le secteur du cannabis à usage médicinal», a déclaré le gouverneur en promulguant le texte. «L'interdiction de l'usage récréatif reste en vigueur», a-t-il précisé.

Pour Ricardo Rossello, cette loi offre une source bienvenue de revenus supplémentaires pour l'île qui croule sous plus de 70 milliards de dollars de dettes. En effet, si les médicaments ne sont pas imposés à Porto Rico, cette exemption ne s'appliquera pas au cannabis.

Financement de l'hôpital et de l'université

D'après le gouverneur, 10% des impôts ainsi levés iront financer le centre de traumatologie de l'hôpital public de Porto Rico, menacé par les coupes budgétaires drastiques prévues pour assainir les finances de l'île de 3,5 millions d'habitants. La moitié des fonds récoltés par les amendes - imposées notamment aux vendeurs non autorisés - sera, quant à elle, destinée à l'université publique de Porto Rico, qui risque de voir son budget réduit de près de moitié d'ici 2021.

Outre ces revenus additionnels, le gouverneur espère que le nouveau secteur du cannabis à usage médicinal permettra de créer quelque 50'000 emplois où la pauvreté règne et dont le taux de chômage atteint 12,3%.

(ats)

Votre opinion